Le Réveil Lozère 07 juillet 2021 a 14h00 | Par Renaud Saint-André, L’Union du Cantal

Quand le poids de l’installation s’allège

Mathieu Lamenie s’est vite débarrassé du matériel obsolète de la ferme qu’il a reprise pour bénéficier des outils modernes et performants des Cuma.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mathieu Lamenie loue ses terres et adhère aux Cuma pour limiter le coût de l'installation.
Mathieu Lamenie loue ses terres et adhère aux Cuma pour limiter le coût de l'installation. - © Renaud Saint-André, L’Union du Cantal

Démarrer de zéro. C’est le lot de celles et ceux qui s’installent hors-cadre familial. Foncier, bâtiments, cheptel… la facture grimpe vite. Il est cependant quelques lignes sur lesquelles il est possible de réaliser des économies. Notamment le matériel, grâce à l’adhésion à une ou plusieurs Cuma. C’est le choix de Mathieu Lamenie, à Labro de Saint-Étienne-Cantalès, dans le Cantal.
« Le départ, il y a un an, c’est 150 000 euros* », résume le trentenaire qui a attendu d’avoir l’expérience nécessaire pour ne pas se lancer dans une installation hasardeuse. Une somme dans la fourchette basse de celles consenties pour s’installer en bovins, car la quasi-totalité des terres et bâtiments sont loués : 42 hectares à l’installation, 42 autres dans une autre commune et 2 ha en propriété. Il a acheté un cheptel de 60 mères salers. Quant au matériel, il a revendu la plupart de ce qu’il a trouvé sur place, pas forcément en état ou adapté à la conduite de l’exploitation telle qu’il la voulait.

Alléger le porte-monnaie, gagner en convivialité
« Dès le début, je suis entré dans deux Cuma », révèle Mathieu Lamenie. Deux coopératives d’utilisation de matériel agricole basées dans des communes voisines, à Saint-Paul-des-Landes (25 adhérents) et Lacapelle-Viescamp (une dizaine). S’y ajoute un peu de matériel neuf, acquis en copropriété, comme l’épandeur, par exemple. « La Cuma des Landes, c’est surtout pour le travail du sol. Il m’en coûte environ 3 500 € par an. La Cuma du Barrage, pour tout le petit matériel que je n’ai pas, comme la remorque benne, le pressage en carrés, etc., moyennant 1 500 € », détaille l’exploitant qui a aussi quelques frais liés au carburant pour aller chercher les outils.
S’il avait dû tout acquérir, les charges liées aux emprunts auraient été si élevées, qu’il n’est pas sûr que son projet fut rentable. En outre, le jeune agriculteur voit d’autres avantages au travail en Cuma : « Du matériel neuf et bien entretenu », souligne-t-il parmi les premiers atouts. Mais il s’empresse d’en ajouter un autre : « Sortir de sa ferme, voir du monde, partager des repas dans la convivialité, c’est ce que j’aime aussi ! Quand on n’a pas pu, durant les périodes de confinement, franchement, ça a fait bizarre », témoigne le jeune éleveur parfaitement intégré au sein de véritables « bandes de copains ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.