Le Réveil Lozère 08 juillet 2020 à 10h00 | Par La volonté paysanne

Quand les épouvantails ne suffisent plus…

Sur l’Aubrac, les corneilles causent beaucoup de dégâts sur les jeunes semis de maïs. Les agriculteurs du plateau ont donc fait appel à la fédération départementale des chasseurs pour former des chasseurs et réguler la corneille noire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur l’Aubrac, les corneilles causent beaucoup de dégâts sur les jeunes semis de maïs. Les agriculteurs du plateau ont donc fait appel à la fédération départementale des chasseurs pour former des chasseurs et réguler la corneille noire.
Sur l’Aubrac, les corneilles causent beaucoup de dégâts sur les jeunes semis de maïs. Les agriculteurs du plateau ont donc fait appel à la fédération départementale des chasseurs pour former des chasseurs et réguler la corneille noire. - © Marie-Lan Nguyen

Les corneilles sont très certainement les passereaux les plus intelligents qui existent. Oiseau opportuniste s’il en est, la corneille noire sait s’adapter et exploite plusieurs sources alimentaires. Charognes, invertébrés, graines et fruits, œufs, oisillons et petits mammifères sont fréquemment au menu. Les corneilles occasionnent cependant beaucoup de dégâts dans les cultures où elles consomment des graines et des jeunes plants et viennent se rappeler au bon souvenir des agriculteurs et des maraîchers qui les voient débouler dans les champs, les vergers, les jardins.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1567, du 9 juillet 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui