Le Réveil Lozère 19 novembre 2014 a 08h00 | Par Yvelise Richard

Que savez-vous sur vos médicaments ?

Validité de l’ordonnance, génériques, conditionnement, origine de leur fabrication… Quel est le vrai ? Quel est le faux ?

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © P Cronenberger

Les pharmaciens ont l’obligation de reprendre les médicaments qu’on leur rapporte (traitement terminé ou médicaments périmés).
Vrai. Les pharmaciens doivent accepter de récupérer les médicaments. Privilégier lorsque cela est possible, le retour dans la pharmacie d’origine. En cas de refus de la part du pharmacien, vous pouvez prévenir Cyclamed (via le site cyclamed.org) qui prendra ensuite contact avec le professionnel en question. Parfois, les refus sont justifiés : cas des déchets d’affection à risques infectieux (Dasri) ou seringues de diabétique. Un pharmacien, confronté à ce type de produits peut refuser le sac.
La vente de médicaments sur internet est légale et répond aux mêmes règles que l’achat en officine.
Vrai et faux. La vente de médicaments sur internet est autorisée depuis janvier 2013, pour les pharmaciens d’officine ayant une pharmacie physique exclusivement ; cela ne concerne que les médicaments ordonnance et ne répond pas aux mêmes conditions que la vente de médicaments en pharmacie. La législation, plus restrictive sur internet, impose plus d’encadrement et des pratiques plus strictes, pour sécuriser cette délivrance en ligne.

La suite dans le Réveil Lozère, page 11, édition du 20 novembre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

J’ai singulièrement envie d’avancer sur le dossier des haies

avait déclaré Marc Fesneau, le 16 novembre lors de la remise des prix de l’Afja (journalistes agricoles).