Le Réveil Lozère 21 octobre 2020 à 09h00 | Par LM

Quelques portes entrouvertes en commission

Les députés de la commission des affaires sociales ont examiné, les 13 et 14 octobre, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS 2021) en vue de son examen en séance plénière le 20 octobre. Pas de changements majeurs à noter pour l’agriculture, même si des portes s’ouvrent à la marge.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les députés de la commission des affaires sociales ont examiné, les 13 et 14 octobre, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS 2021) en vue de son examen en séance plénière le 20 octobre. Pas de changements majeurs à noter pour l’agriculture, même si des portes s’ouvrent à la marge.
Les députés de la commission des affaires sociales ont examiné, les 13 et 14 octobre, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS 2021) en vue de son examen en séance plénière le 20 octobre. Pas de changements majeurs à noter pour l’agriculture, même si des portes s’ouvrent à la marge. - © Aurélie Pasquelin/Illustration

La commission des affaires sociales de l’Assemblée a rejeté, dans la nuit du 13 au 14 octobre, plusieurs amendements liés à la Covid-19 et à la sécheresse. Le député Charles de Courson (groupe centriste) demandait que les agriculteurs et viticulteurs aient l’option de calculer leurs cotisations et contributions sociales, dues au titre de l’année 2021, sur les revenus de l’année 2021 et non de 2020. Ce à quoi le rapporteur général de la commission, Thomas Mesnier, a répondu que les exploitants peuvent déjà opter pour le calcul de leur assiette sur les revenus de l’année N-1 au lieu de la moyenne triennale.
La commission a aussi rejeté un amendement visant à étendre, aux agriculteurs victimes de la sécheresse, l’option dérogatoire du calcul des cotisations et contributions sociales 2020 sur la base d’une assiette de nouvel installé. Cette option avait été actée dans la troisième loi de finances rectificative du 30 juillet afin de soutenir certains domaines de la production agricole très impactés par la crise sanitaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui