Le Réveil Lozère 21 octobre 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Questions sur le prix des broutards

 Alors que le prix des broutards dévisse depuis cet été, et que les éleveurs français sont près de jeter l’éponge, les syndicats d’éleveurs s’élèvent contre cette énième baisse « injustifiée ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors que le prix des broutards dévisse depuis cet été, et que les éleveurs français sont près de jeter l’éponge, les syndicats d’éleveurs s’élèvent contre cette énième baisse « injustifiée ».
Alors que le prix des broutards dévisse depuis cet été, et que les éleveurs français sont près de jeter l’éponge, les syndicats d’éleveurs s’élèvent contre cette énième baisse « injustifiée ». - © Marion Ghibaudo

« Nous voulons trouver des solutions avec les exportateurs », note Francis Durand, président de la section bovine de la FDSEA Lozère . Une résolution de problème qui, selon lui, passe avant tout par la négociation.
La section a donc décidé de rencontrer les exportateurs cette fin de semaine, pour déterminer ce qui se passe. « Nous voulons comprendre, dit Francis Durand, les voyants sont au vert pour les marchés à l’export, selon les indicateurs officiels et pourtant les prix des veaux ont baissé cet été. C’est incompréhensible ». « Nous avons invité Unicor, Célia, ParmAubrac notamment, à se mettre autour de la table avec la FDSEA et les JA » a confié Francis Durand au Réveil Lozère. Une invitation qui a reçu des réponses positives. Une question qui inquiète dans de nombreux départements : JA et FDSEA du Cantal ont bloqué, la semaine dernière, deux centres d’allotement, « pour demander des comptes aux opérateurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.