Le Réveil Lozère 29 janvier 2020 a 16h00 | Par Marion Ghibaudo

Rachel Liger, l’agriculture au cœur

Rachel Liger est l’une des huit jeunes agriculteurs installée en 2019, sélectionnées par la Safer pour recevoir une aide à l’installation. Portrait d’une double active pleine d’envies.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Rachel Liger, jeune agricultrice en reconversion
Rachel Liger, jeune agricultrice en reconversion - © Marion Ghibaudo

Installée à la fin de l’hiver 2019, entre Chaudeyrac et Châteauneuf-de-Randon, la vie de Rachel Liger a pris un nouveau tournant. Celle qui a été pendant 15 ans directrice du centre de loisirs de Langogne a enfin réalisé son rêve : s’installer comme agricultrice.
« Recevoir cette aide de la Safer, c’est une super nouvelle », s’enthousiasme l’agricultrice en reconversion professionnelle, « c’est valorisant parce qu’ils croient en nos projets ». Cette aide lui servira pour le fonctionnement de cette première année, qui souffle-t-elle, « est un vrai défi, entre nouveau rythme et projet qui se met en place concrètement ».
Sa vie balance désormais entre sa miellerie d’une centaine de ruches pleines d’abeilles noires (la race traditionnelle des Cévennes), installée à Châteauneuf-de-Randon, là où elle est aussi en train de retaper un bâtiment pour développer une activité d’agrotourisme et Chaudeyrac, où se trouve son cheptel de 15 vaches Aubrac, qu’elle compte valoriser dans la filière viande.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si les choses en restent là, on devrait pouvoir maîtriser complètement cette épizootie, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des semaines de travail

a souligné tout en prudence Fabienne Buccio, la préfète de Gironde et de Nouvelle Aquitaine, lors de ses vœux à la presse à Bordeaux, d’après l’AFP.