Le Réveil Lozère 29 janvier 2020 a 16h00 | Par Sophie Chatenet

« Rassemblons-nous pour mieux peser »

Alors que le congrès de la fédération nationale bovine s’ouvrira le 5 février prochain à Anse dans le Rhône, son président persiste et signe : la filière doit jouer grouper et s’emparer rapidement des outils obtenus dans le cadre de la loi Égalim. À la clé, des prix au diapason des coûts de production.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bruno Dufayet, président de la FNB, est éleveur dans le Cantal.
Bruno Dufayet, président de la FNB, est éleveur dans le Cantal. - © SC

En dépit d’une consommation qui se tient, d’un recul de la production, et d’exportations qui progressent, les prix payés aux éleveurs ne sont pas à la hauteur. Comment l’expliquez-vous ?
En effet, sur ces dernières années, la consommation se maintient en France, et la reconquête du marché de la restauration hors domicile (RHD) est en bonne voie avec 48 % de viande bovine française en 2017 contre 34 % en 2014. Par ailleurs, le marché italien pour le maigre reste porteur, tandis que la France a toutes les cartes en main pour développer des volumes à l’export sur des pays tiers, en Chine et ailleurs. Malgré ce tableau plutôt engageant, les prix payés aux producteurs ne bougent pas, pire dans certaines catégories, ils sont en repli. En moyenne et toutes catégories confondues, on enregistre des prix d’entrée abattoir à 3,60 €/kg, payé 3,45 €/kg à l’éleveur, pour un coût de production qui a encore augmenté, à 4,89 € !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si les choses en restent là, on devrait pouvoir maîtriser complètement cette épizootie, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des semaines de travail

a souligné tout en prudence Fabienne Buccio, la préfète de Gironde et de Nouvelle Aquitaine, lors de ses vœux à la presse à Bordeaux, d’après l’AFP.