Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 a 11h00 | Par AG

Rebond des CEPP obtenus sur la campagne 2019

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les CEPP (certificats d’économie de produits phytos) obtenus sur la campagne 2019 marquent un net rebond, selon un bilan publié le 22 octobre au Bulletin officiel du ministère de l’Agriculture. Leur nombre atteint 2,5 millions (après 1,6 M sur 2018 et 1,8 M sur 2017). Le dispositif de CEPP vise à réduire l’utilisation des phytos. Les distributeurs de phytos ont l’obligation de promouvoir, auprès des agriculteurs, la mise en place d’actions standardisées, qui donnent droit à ces certificats. « Malgré les conditions particulières » liées à la crise Covid, le taux de couverture (ratio entre le nombre de certificats obtenus et l’objectif de 2021) des obligations est « en forte augmentation », d’après le bilan : il se situe à 15 % (contre 10 % et 11 %). Si 739 entreprises n’ont jamais déclaré des actions, 31 affichent un taux de couverture supérieur à 100 %. Le ministère lie la baisse du nombre d’entreprises déclarantes en 2018 à « l’appel, désormais levé, d’une organisation professionnelle à ne pas déclarer tant qu’il n’y a pas d’obligation ». Autre explication : les incertitudes liées à l’articulation des CEPP avec la séparation vente/conseil dans le cadre de la loi Egalim.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).