Le Réveil Lozère 16 décembre 2020 � 10h00 | Par P. Olivieri, L’Union du Cantal

Recherche : sur la piste des pissenlits…

Engagés suite aux derniers épisodes de forte pullulation, quatre programmes de recherche sont en cours au niveau du Massif central. Point d’étape avec le Sidam en charge de leur coordination.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Une corrélation a été démontrée entre la densité de fleurs de pissenlits et le taux de croissance de la population de campagnols.
Une corrélation a été démontrée entre la densité de fleurs de pissenlits et le taux de croissance de la population de campagnols. - © Christian Gloria / Illustration

Chargée de mission au Sidam, Aude Agenis-Nevers a proposé un point d’étape des quatre programmes de recherche lancés en 2016 à la demande de la profession agricole du Massif central, lors de l’assemblée générale de la FDGDon. Le premier – aujourd’hui achevé – visait à déterminer les causes du déclin des populations de campagnols après une phase de haute densité (au-delà de 200 individus par hectare, il y a déclin l’hiver). L’hypothèse initiale d’une population décimée par un agent pathogène (bactérie…), testée en Franche-Comté, ne s’est pas avérée concluante. « Au contraire, les campagnols sont plutôt gras et bien portants », a-t-elle précisé.

Causes du déclin
Un autre paramètre démographique, une baisse du taux de reproduction, n’est pas non plus en cause, en revanche, dans cette phase de déclin, on n’observe quasiment plus de jeunes nés au printemps qui semblent migrer sans qu’on en connaisse la cause. Plus inattendu, la densité de fleurs de pissenlits est corrélée avec le taux de croissance de la population. Une corrélation qui est en train d’être étudiée dans le prolongement de ce programme.
Deuxième axe, le développement de nouvelles molécules campagnolicides écocompatibles s’est heurté à une impasse. Parmi la dizaine de molécules sélectionnées, l’une (la cis-bromadiolone) s’est révélée très prometteuse et peu rémanente. Malheureusement, l’homologation pour usage phytosanitaire de molécules anticoagulantes est désormais impossible au niveau européen, sauf à engager des millions d’euros de recherche pour prouver sa non-toxicité.

Piéger les phéromones
La troisième piste, celle du recours à des phéromones comme aide au contrôle des populations de rats taupiers, est entrée dans sa phase 2. La phase 1 a permis d’isoler une soixantaine de composés organiques volatils (dans l’urine et les glandes latérales du rongeur) dont neuf avec une différence entre mâle et femelle. Une protéine urinaire capable de piéger les phéromones a également été identifiée. La phase 2 (prévue jusqu’en 2022) va maintenant tester l’efficacité de ces composés odorants volatils en les vaporisant sur des pièges pour évaluer le caractère attirant ou répulsif de ces molécules.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression