Le Réveil Lozère 18 novembre 2020 à 09h00 | Par IL

Récolte et prix du miel en berne, le Copa-Cogeca appelle à l’aide

Les conditions de la saison ont aggravé la situation économique des exploitations apicoles européennes, alerte le Copa-Cogeca qui demande des soutiens réglementaires et financiers renforcés face à une concurrence internationale jugée déloyale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les conditions de la saison ont aggravé la situation économique des exploitations apicoles européennes, alerte le Copa-Cogeca qui demande des soutiens réglementaires et financiers renforcés face à une concurrence internationale jugée déloyale.
Les conditions de la saison ont aggravé la situation économique des exploitations apicoles européennes, alerte le Copa-Cogeca qui demande des soutiens réglementaires et financiers renforcés face à une concurrence internationale jugée déloyale. - © Marion Ghibaudo/Illustration

Au début de l’année, tous les indicateurs étaient au vert. « On a eu un démarrage de printemps très doux, et les apiculteurs étaient très confiants. Mais ensuite sont arrivés la pluie et le froid, surtout dans l’est, puis la canicule dans tous les pays », regrette Étienne Bruneau, secrétaire du comité apicole au Copa-Cogeca. En Europe centrale et orientale, comme le souligne le Copa-Cogeca dans un communiqué, les conditions se sont même dégradées vers les extrêmes, avec des tempêtes et des inondations.
Autant de difficultés qui auraient, selon les producteurs européens, fait chuter la production européenne de miel de 40 % par rapport à la moyenne au niveau communautaire. « En Hongrie, la récolte d’acacia atteint à peine 10 % de la normale, et la récolte pour les autres fleurs s’élève à environ 30 % des quantités habituelles », illustre le communiqué. Côté production, cette offre réduite aurait dû entraîner le marché apicole à la hausse. Mais il n’en a rien été, déplore le Copa-Cogeca, faute d’une régulation limitant des distorsions de concurrences bien connues. « On a des miels qui rentrent sur le marché européen qui ne sont pas vraiment des miels, et qui font chuter les prix », s’agace Étienne Bruneau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.