Le Réveil Lozère 15 décembre 2021 a 11h00 | Par GS

Récupération des eaux pluviales : une formation et des subventions

Ce 7 décembre, l'Astaf-Safer et la chambre d'agriculture de Lozère organisaient une formation sur le thème de la récupération des eaux pluviales agricoles.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Ce 7 décembre, l'Astaf-Safer et la chambre d'agriculture de Lozère organisaient une formation sur le thème de la récupération des eaux pluviales agricoles.
Ce 7 décembre, l'Astaf-Safer et la chambre d'agriculture de Lozère organisaient une formation sur le thème de la récupération des eaux pluviales agricoles. - © GS

C'en est fini de passer entre les gouttes. Depuis dix ans, le Gaec des Boulaines, sur la commune de Gabrias, a trouvé une solution pour parer au manque d'eau chronique. Sur cette exploitation de 70 vaches laitières, en bio depuis 2018, Sébastien Durand avait depuis 2006 déjà l'idée de récupérer la rare pluie qui tombe sur les toitures. « Les économies d'eau, ça a toujours été son truc » confirme sa femme Virginie Durand, seconde associée du Gaec. C'est qu'ici, sur les pentes au sud de Marvejols, « il ne pleut pas, ou presque » constate le maire de Gabrias, Bernard Rousset. Le secteur affiche la seconde plus faible pluviométrie du département, juste après Grandrieu. Alors en 2010, l'Astaf-Safer lance une expérimentation sur trois sites pilotes, dont le Gaec des Boulaines. Le procédé est assez simple : « des chenaux tout autour des bâtiments, reliés via une canalisation souterraine à une citerne enterrée » schématise Sébastien Durand. L'eau arrive dans un bac de décantation qui fait office de filtre avant de rejoindre la citerne elle-même. Une pompe permet ensuite de puiser selon les nécessités dans les ressources. Bien que plus coûteuse, le Gaec a choisi l'option d'une fosse en béton d'un volume de 150 mètres cubes, de quoi abreuver le cheptel pour quinze jours. Une option décidée « à partir d'un ratio d'un mètre cube de stockage pour dix mètres carrés de toiture » précise Philippe Boulet, de l'Astaf-SAFER.

En pratique

Le plan national France relance prévoit dans son volet sécheresse une aide aux agroéquipements nécessaires à l'adaptation au changement climatique, dont font partie les installations de récupération d'eaux pluviales. Le guichet FranceAgriMer a été ouvert ce 13 décembre et permet, pour des projets de 2 000 à 40 000 euros HT (en individuel), une aide de 30 %, majorée de 10 % pour les jeunes agriculteurs. Plus d'information au numéro dédié : 01 73 30 20 99 ou sur https://www.franceagrimer.fr. Par ailleurs, ces projets de récupérations d'eaux pluviales peuvent aussi s'intégrer dans les investissements de modernisation des élevages (mesure 411) du plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles. Pour plus d'information, contacter la chambre d'agriculture au 04 66 65 62 00.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.