Le Réveil Lozère 05 août 2020 a 09h00 | Par DB

Récupérer l’eau de pluie pour le cheptel

Le projet collectif d’installation de cuves de récupération d’eau de pluie pour abreuver les animaux est effectif sur le Villefranchois et le Villeneuvois. Née il y a dix ans, cette réalisation rassemble un groupe de huit exploitations agricoles et des partenaires.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alain Savignac et Didier Treilles au-dessus de la cuve enterrée.
Alain Savignac et Didier Treilles au-dessus de la cuve enterrée. - © DB

Dans le cadre du programme « Un territoire, un projet, une enveloppe » (initié par le Conseil départemental de l’Aveyron), un travail a été mené sur la thématique « récupération des eaux de pluie », avec comme projet la mise en place, à titre expérimental, de cuves de récupération d’eau pluviale pour l’abreuvement du bétail. Après une longue phase de conception (études techniques et économiques), la phase opérationnelle d’installation des cuves se concrétise. Une visite de travaux s’est en effet déroulée samedi 11 juillet, chez Didier Treilles, au Gaec d’Estrabols, sur la commune de Saujac, en présence des éleveurs, élus départementaux et représentants de la profession agricole.
Didier Treilles, 38 ans, est installé en Gaec avec son épouse Lolita, sur une ferme de 500 chèvres Saanen produisant 480 000 litres pour Lactalis et un troupeau de 30 vaches Aubrac, sur une SAU de 200 ha. « Nous sommes ici sur une terre de causse, calcaire, très sèche », annonce l’éleveur. « J’ai rejoint le groupe, de dix fermes à l’époque, en 2012. J’ai toujours jugé regrettable de voir l’eau de pluie tombée sur mes toits partir dans le sol, sans pouvoir la récupérer ! Je savais que le comité de développement agricole du Villefranchois (CDAV) animait un groupe d’éleveurs sur ce sujet, avec des financements permettant de mener à bien une telle réalisation ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).