Le Réveil Lozère 28 octobre 2021 a 12h00 | Par C.Rolle

Relocaliser l'alimentation collectivement

La coopération agricole Auvergne-Rhône-Alpes, la chambre régionale d'agriculture et l'Isara travaillent depuis deux ans sur une approche de relocalisation de l'alimentation dans le cadre des projets alimentaires territoriaux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La coopération agricole Auvergne-Rhône-Alpes, la chambre régionale d'agriculture et l'Isara travaillent depuis deux ans sur une approche de relocalisation de l'alimentation dans le cadre des projets alimentaires territoriaux.
La coopération agricole Auvergne-Rhône-Alpes, la chambre régionale d'agriculture et l'Isara travaillent depuis deux ans sur une approche de relocalisation de l'alimentation dans le cadre des projets alimentaires territoriaux. - © Gabriel Omnès

Comment reterritorialiser notre alimentation et avec quels systèmes ? C'était la question centrale de la conférence sur les projets alimentaires territoriaux (PAT) organisée au Sommet de l'élevage par les trois structures partenaires. Elles travaillent ensemble depuis près de deux ans sur la recherche de complémentarité entre les circuits d'approvisionnement sans intermédiaire (directement issus des exploitations agricoles) et des circuits d'approvisionnement issus de filières captant de plus gros volumes de productions sur un périmètre local. « Cette réflexion partenariale a permis de faire émerger des pistes d'actions pour favoriser un réel processus de reterritorialisation de l'alimentation. Les travaux ont par ailleurs démontré la nécessité d'oeuvrer collectivement dans le cadre des projets alimentaires territoriaux » expliquait en préambule Patrice Dumas, président de la coopération agricole régionale. Porté par les collectivités locales et territoriales qui cherchent à développer circuits courts et filières locales pour l'alimentation de leurs administrés, le PAT est un outil « en vogue ».
En septembre 2021, 44 PAT étaient identifiés dans la région dont 38 en émergence et six opérationnels. « Une belle tendance de développement qui trouve son origine dans la crise sanitaire et la mise en place du plan de relance» selon Michel Sinoir, directeur de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes. Et d'ajouter : « Si la loi de 2014 qui porte les PAT n'impose quasiment aucune méthode dans la mise en place d'un projet, elle enjoint toutefois au respect d'une alimentation accessible à tous, respectueuse de l'environnement et rémunératrice pour les agriculteurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.