Le Réveil Lozère 14 septembre 2022 a 12h00 | Par GS

Réséda : un réseau à l’écoute du bien-être dans l’enseignement agricole

Né à Florac il y a vingt ans, le réseau d’éducation à la santé pour l’écoute et le développement de l’adolescent (Réséda) forme les professionnels de l’enseignement agricole aux quatre coins de la France. L’objectif : faire de ces établissements des lieux propices à la prévention sur les questions de santé et à l’apprentissage des compétences psychosociales des élèves.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Né à Florac il y a vingt ans, le réseau d’éducation à la santé pour l’écoute et le développement de l’adolescent (Réséda) forme les professionnels de l’enseignement agricole aux quatre coins de la France. L’objectif : faire de ces établissements des lieux propices à la prévention sur les questions de santé et à l’apprentissage des compétences psychosociales des élèves.
Né à Florac il y a vingt ans, le réseau d’éducation à la santé pour l’écoute et le développement de l’adolescent (Réséda) forme les professionnels de l’enseignement agricole aux quatre coins de la France. L’objectif : faire de ces établissements des lieux propices à la prévention sur les questions de santé et à l’apprentissage des compétences psychosociales des élèves. - © Jean Nanteuil/Illustration

Réséda : ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant c’est bien en Lozère qu’est née cette initiative en 2002. Plus précisément à Florac, au sein de ce qui était alors Centre d’Expérimentation Pédagogique (CEP), devenu aujourd’hui l’antenne locale de Supagro Montpellier. Là-bas, des formateurs, notamment dans l’éducation physique et sportive, se sont organisés pour travailler à améliorer les compétences psychosociales des apprenants : bien-être, capacité relationnelle avec les autres, gestion du stress ou de la violence. Avec des effectifs d’élèves plus réduits que dans l’Éducation nationale, l’enseignement agricole a cette particularité de proposer des projets très transversaux aux élèves, souvent internes, et donc présents sur place même après leurs journées de cours. L’occasion de proposer des activités pour prévenir les addictions ou sensibiliser à l’égalité de genre… Avant d’arriver à mener ces actions au quotidien, il a fallu les inventer et les préparer. C’est là qu’interviennent différents « réseaux » thématiques, comme le Réséda. L’ambition de ce dernier est plus particulièrement de faire des établissements agricoles « des milieux favorables » pour la santé physique et mentale de celles et ceux qui les fréquentent, explique Émilie Desaulty, animatrice nationale du réseau Réséda. Pour la spécialiste, « la santé n’est pas seulement un travail d’infirmerie et de soin » une fois un problème de santé visible, mais cela « se joue dans le bien-être quotidien des jeunes », notamment dans leur capacité à savoir apprivoiser les épreuves de leur vie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.