Le Réveil Lozère 26 février 2020 a 10h00 | Par Agrafil

Responsabilité sociétale : Interbev prend 60 engagements à l'horizon 2025

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L'interprofession bétail et viandes Interbev a présenté, le 24 février au Salon de l'agriculture, son premier rapport RSO (responsabilité sociétale des organisations), qui comprend plusieurs engagements à l'horizon 2025. Ceux-ci se déclinent en une soixantaine d'indicateurs, classés en quatre axes (environnement, bien-être animal, rémunération des acteurs et alimentation). Certains d'entre eux reprennent des engagements du plan de filière, comme l'objectif de 40 % de Label rouge d'ici 2023. D'autres n'en faisaient pas partie, comme celui de faire passer un audit de bien-être animal (BoviWell) à tous les élevages bovins viande (1,1 % l'a déjà fait). Autre objectif : que l'ensemble des élevages spécialisés dégage un résultat courant avant impôt (RCAI) d'au moins deux Smic (35 964 euros). Ce travail vise à « donner une ligne politique à la filière », explique Bruno Dufayet, président de la commission « enjeux sociétaux » d'Interbev. L'interprofession a commencé à dialoguer avec des ONG environnementales en 2013, avant de lancer son Pacte pour un engagement sociétal en 2016. C'est cette démarche qui a été labellisée ISO 26 000 en 2018, ce qui implique une évaluation régulière par l'Afnor (Association française de normalisation).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).