Le Réveil Lozère 09 novembre 2022 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Restauration collective : une tribune appelant à soutenir le secteur réunit la FNSEA et la Fnab

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Plaidant pour un soutien public renforcé de la restauration collective pour l'aider face à l'inflation, une tribune publiée le 5 novembre par le Journal du dimanche a réuni plusieurs acteurs du secteur (Geco, SNRC, SNERS, Restau'Co), une ONG environnementale (FNH), une association caritative (Secours catholique), ainsi que la FNSEA et la Fnab (agriculteurs bio). Habituellement opposés, les deux syndicats s'accordent ici pour que la restauration collective bénéficie « d'une dotation ambitieuse pour faire face à l'inflation, pour soutenir l'objectif de 50 % de produits durables et de qualité dont 20 % de produits biologiques en restauration collective, et les filières engagées pour une agriculture issue des territoires ». Les auteurs de la tribune visent les arbitrages financiers en débat dans le cadre du projet de loi de finances (PLF). Le 4 novembre, l'Assemblée a adopté sans vote la seconde partie (dépenses) du PLF pour 2023 en première lecture, ainsi que l'ensemble du projet de budget pour 2023, après que le gouvernement a eu recours à l'article 49-3 de la Constitution. Le texte va poursuivre son processus législatif au Sénat, puis revenir à l'Assemblée nationale pour une deuxième lecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.