Le Réveil Lozère 03 août 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Retour gagnant pour la fête des pâturages

Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. (© Marion Ghibaudo) Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo Dimanche 31 juillet, la Garde a résonné des sons de la fête des pâturages. Une fête agricole traditionnelle marquant l'été, et qui renoue avec ses racines après deux ans d'absence. © Marion Ghibaudo

« Repas délicieux et copieux », « superbe fête agricole ! » : les commentaires enthousiastes se sont succédé tout au long de la journée, par des spectateurs ravis. Entre la quarantaine de producteurs locaux présents pour exposer leurs savoir-faire, les nombreuses animations ayant émaillé la journée, dont une chasse au trésor dans des andains tout juste coupés... réservée aux enfants, sans oublier le repas aux saveurs 100 % lozériennes. Près de 700 repas auront été dégustés sous les chapiteaux dressés pour l'occasion, sur ce terrain agricole collé au village de la Garde, sous une ombre bienvenue au vu de la forte chaleur subie ce dimanche. Au total, ce sont près de mille personnes qui sont venues à la Garde pour admirer les savoir-faire agricoles.
Ce 31 juillet est donc « un vrai succès » pour le président de l'association organisatrice Paroles Gabales, Jean-Claude Mayrand. Un succès dont il peut se réjouir, après deux ans sans fête pour cause de Covid-19. « Nous tenions absolument à faire la fête sur ce site, que nous avions déjà choisi il y a deux ans ; je tiens d'ailleurs à remercier le maire d'Albaret-Sainte-Marie qui nous a suivis et soutenu durant cette période », a souligné Jean-Claude Mayrand.
Si 2022 se clôt sur une note positive, l'association songe désormais à la fête 2023, même s'ils n'ont pas encore révélé le site de l'an prochain... Mais, ont-ils promis, la fête sera aussi belle que le cru 2022.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.