Le Réveil Lozère 16 octobre 2019 a 10h00 | Par AL

Retour sur le pré-tour du Sommet en Corrèze

Le Sommet de l’élevage organisait cette année encore quatre pré-tours de visites d’élevages le mardi 1er octobre dernier. Au programme : découverte de la filière viande bovine, laitière, ovine et de la race Blonde d’Aquitaine. La Corrèze a accueilli un de ces pré-tours, organisé conjointement avec la section viande bovine de la FDSEA 19 et les JA 19 et la chambre d’agriculture de Corrèze.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pour clôturer la visite de l’abattoir Charal, une dégustation de viande bovine et de produits transformés (hamburgers, kebab, etc.) a été proposée.
Pour clôturer la visite de l’abattoir Charal, une dégustation de viande bovine et de produits transformés (hamburgers, kebab, etc.) a été proposée. - © AU

Hongrois, Tchèques, Allemands, Italiens, Espagnols, Tunisiens, etc. telle est la composition de la délégation ayant participé à cette journée du pré-tour en Corrèze, le mardi 1er octobre dernier, pour découvrir plusieurs facettes et particularités de la filière viande bovine. Au programme : visites de l’abattoir Charal d’Egletons, du marché au Cadran d’Ussel et du Gaec Norlim situé à Aix pour clôturer ce pré-tour. « Une journée très riche avec des hommes et des femmes passionnés, très intéressants », nous a confié un membre de la délégation originaire de Tunisie, agriculteur de profession. Il n’en était pas moins pour les autres participants, travaillant quasiment tous en étroite relation avec le monde agricole : vétérinaires, chercheurs, professeurs ou encore salariés en entreprise agro-alimentaire.

Visite de l’abattoir Charal d’Egletons
D’abord en salle, une présentation de l’entreprise a été réalisée par son directeur, Éric Martineau, expliquant l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise qui regroupe actuellement plus de 300 salariés. Après s’être équipée de la tenue vestimentaire obligatoire pour toutes les personnes se déplaçant sur le site (blouse, masque, charlotte et surbottes), une visite a été proposée à la délégation venue des quatre coins du monde.
Répartis en deux groupes et de manière simultanée, les participants ont parcouru l’atelier de désossage ainsi que de la chaîne de production et de conditionnement des steaks hachés surgelés, respectivement encadrés par les responsables qualité et sécurité.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1530, du 17 octobre 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.