Le Réveil Lozère 17 mars 2021 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Rhinopneumonie équine : pas de cas en Lozère mais des recommandations pour la saison touristique

Si la Lozère est pour le moment exempte de cas, le département de l’Hérault est sous surveillance.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Si la Lozère est pour le moment exempte de cas, le département de l’Hérault est sous surveillance.
Si la Lozère est pour le moment exempte de cas, le département de l’Hérault est sous surveillance. - © Émilie Durand/Illustration

Depuis le 1er mars, des foyers de rhinopneumonie (HVE1) ont été découverts en France, après l’événement du Valencia Spring Jumping Tour qui s’est terminé fin février en Espagne. Suite à cet événement, « plusieurs foyers ont été confirmés dans des écuries de chevaux rentrant de Valence », selon les informations fournies par le Respe (réseau d’épidémio-surveillance en pathologie équine). Réuni une première fois le 1er mars, le réseau s’est à nouveau réuni le 8 mars pour parler de la situation. « À ce jour, dix chevaux sont morts », note le Respe dans un communiqué de presse.
De plus, indique le Respe, « on dénombre une quinzaine de foyers confirmés dans des écuries de chevaux rentrant de Valence, dans les départements du Calvados, Charente-Maritime, Corrèze, Gironde, Haute-Savoie, Hérault, Indre et Loire, Manche, Mayenne, Rhône, Seine-et-Marne, d’autres sont en cours d’investigation dans d’autres départements. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.