La Creuse Agricole 08 avril 2021 a 07h00 | Par Aurélie DEFRENAIX - ASPNA Dr Boris BOUBET - GDS Creuse - www.gdscreuse.fr

Sanitaire porcin : Une situation départementale favorable, la biosécurité face aux menaces

Prophylaxies porcines, biosécurité en élevage, analyses sur les sangliers font partie des sujets abordés lors de la réunion de la section porcine de GDS Creuse du 19 mars 2021. La situation départementale continue d’être favorable mais il convient de rester vigilant face aux nouvelles menaces.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La progression de la fièvre porcine en Europe est inquiétante pour la filière porcine. Au 15 mars 2021, 812 cas répartis dans 4 secteurs ont été recensés en Allemagne, tous sur des sangliers. Mais la menace est plus globale, puisqu’un simple sandwich abandonné sur une aire de repos et consommé par un sanglier peut permettre la création d’un foyer partout en Europe.
La progression de la fièvre porcine en Europe est inquiétante pour la filière porcine. Au 15 mars 2021, 812 cas répartis dans 4 secteurs ont été recensés en Allemagne, tous sur des sangliers. Mais la menace est plus globale, puisqu’un simple sandwich abandonné sur une aire de repos et consommé par un sanglier peut permettre la création d’un foyer partout en Europe. - © Plate-forme ESA

En Creuse, les prophylaxies en espèce porcine sont essentiellement centrées sur le SDRP (Syndrome Dysgénésique Respiratoire Porcin) et la maladie d’Aujeszky.

La France indemne d’Aujeszky depuis 2008, d’où un allégement des contrôles
La France continentale est reconnue indemne de maladie d’Aujeszky chez les porcs domestiques depuis le 28 mars 2008. La découverte de foyers dans des élevages de sangliers   [...]

 

� Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.