Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 à 08h00 | Par AJ

Sans importation, une bouteille de lait traite à la main

En perte de vitesse et boudé au petit-déjeuner, le lait conditionné a connu un regain d’intérêt pendant l’épidémie de Covid-19 et l’essor du fait maison. Dans une France laitière largement autosuffisante, le lait de nos bouteilles est très national, y compris lorsque l’on remonte la chaîne de production. À l’exception notable des équipements de traite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En perte de vitesse et boudé au petit-déjeuner, le lait conditionné a connu un regain d’intérêt pendant l’épidémie de Covid-19 et l’essor du fait maison. Dans une France laitière largement autosuffisante, le lait de nos bouteilles est très national, y compris lorsque l’on remonte la chaîne de production. À l’exception notable des équipements de traite.
En perte de vitesse et boudé au petit-déjeuner, le lait conditionné a connu un regain d’intérêt pendant l’épidémie de Covid-19 et l’essor du fait maison. Dans une France laitière largement autosuffisante, le lait de nos bouteilles est très national, y compris lorsque l’on remonte la chaîne de production. À l’exception notable des équipements de traite. - © Jean-Charles Gutner

Selon Syndilait, organisation professionnelle des fabricants de laits de consommation liquides, les Français consomment 45 litres de lait conditionné par an, dont 97 % sont d’origine française. Le reste vient majoritairement d’Allemagne et de Belgique « pour des questions de coûts sur un produit qui a de très faibles marges et un taux de rotation important », lâche Hélène Pérennou, secrétaire générale de Syndilait.
« Un très gros travail avec la création du logo « Lait collecté et conditionné en France » a été fait dès 2014 pour accompagner la demande des consommateurs français. Cette action a permis de mieux valoriser le lait français en France et a eu un impact sur les importations qui ont chuté d’environ 70 % entre 2014 et 2019 », explique-t-elle. De 230 000 tonnes en 2015, les importations de lait en brique ou en bouteille ont chuté à 75 000 tonnes en 2019. Finalement la France est largement autosuffisante puisqu’elle est exportatrice nette de lait conditionné qu’elle expédie vers l’Italie, l’Espagne et plus marginalement la Chine.

Des Holsteins
à l’accent américain
Le lait de nos bouteilles vient donc bien des exploitations françaises, mais les vaches d’où viennent-elles ? « Pour la race Holstein qui représente 70 % des inséminations artificielles réalisées chaque année en France, 10 à 15 % de ces inséminations sont réalisés avec des paillettes importées », indique Laurent Journaux, chef du département génétique et gestion des populations animales à l’Institut de l’élevage.
Au niveau de la sélection, la génétique nord-américaine est beaucoup plus présente pour cette race largement mondialisée. « En Holstein le sourcing des pères à taureaux est pour une part importante des taureaux nord-américains », illustre la spécialiste. Un choix qui s’explique plus par l’important travail de sélection réalisé outre-Atlantique que par nécessité. « La population française de Holstein est assez grande pour être gérée de façon autonome », assure-t-il. « Pour les races montbéliardes, normandes ou de montagne, c’est 100 % français tant pour les inséminations artificielles que pour le sourcing des reproducteurs », explique Laurent Journaux. Enfin, 20 % de la reproduction du troupeau laitier se fait par saillie naturelle, donc avec des taureaux français mais dont les origines peuvent être étrangères.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui