Le Réveil Lozère 20 juillet 2022 a 09h00 | Par Eva DZ - La Volonté Paysanne

Se former au métier de boucher avec des entreprises locales

Afin de répondre à la demande des entreprises locales en recherche de salariés, la communauté de communes Aubrac-Carladez-et-Viadène en partenariat avec la Région Occitanie, la chambre de métiers et de l'artisanat de l'Aveyron et les ateliers de transformation viande de son territoire (Beauvallet-Plainemaison Occitanie et Maison Conquet) a impulsé la création d'un cursus court de formation aux métiers de la viande, en alternance. Douze places sont à pourvoir d'ici octobre.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les acteurs du centre de formation métiers de la viande, réunis récemment
Les acteurs du centre de formation métiers de la viande, réunis récemment - © Eva DZ - La Volonté Paysanne

Une formation spécialisée sur le territoire, au plus proche d'entreprises en recherche de salariés... c'est le projet sur lequel travaille depuis plusieurs mois, la communauté de communes Aubrac-Carladez-et-Viadène avec le soutien de la Région Occitanie et de la chambre de métiers et de l'artisanat de l'Aveyron. Elle répond à la demande d'entreprises locales, en l'occurrence Beauvallet-Plainemaison Occitanie et Maison Conquet, qui se sont associées à ce projet en proposant de recevoir les apprenants dans leur entreprise pendant la formation.
« Nous nous sommes positionnés sur la reprise du site d'abattage, de découpe et de transformation de la viande à Argences-en-Aubrac parce que nous avions de nombreux projets commerciaux en vue et que notre site de Limoges était à saturation », explique d'emblée Vincent Landa, directeur des ressources humaines à Beauvallet-Plainemaison Occitanie. « L'opportunité de valoriser une race locale, un territoire et un savoir-faire dans l'élevage a séduit notre président, Bernard Léguille, et l'aventure a pu démarrer ! », résume-t-il. Dès le départ, Jean Valadier, maire d'Argences-en-Aubrac et président de la communauté de communes, a été un précieux atout dans l'implantation de l'entreprise Beauvallet sur sa commune. « C'est un fervent défenseur de son territoire, il compte sur nous et nous comptons sur lui pour nous soutenir dans notre développement », appuie Vincent Landa.

Immersion en entreprises
Et cette collaboration va plus loin puisque la collectivité s'est investie dans le lancement d'un centre de formation aux métiers de la viande pour aider les entreprises locales, dont Beauvallet mais comme d'autres également, à recruter. « Sur notre territoire, on le sait, le bassin d'emplois est épuisé, il y a plus d'emplois que d'actifs ! », souligne Jean Valadier. Un constat que partage Benoît Barrié, directeur de Maison Conquet à Laguiole. D'où ce projet commun de former les personnes sur le territoire, d'intégrer dans cette formation, une alternance dans ces entreprises pour les découvrir in situ. La formation est courte, sur un an, et est ouverte aux jeunes, demandeurs d'emploi, personnes en réinsertion ou en reconversion professionnelle.
« Longtemps nous avons souffert d'une mauvaise image de nos métiers de la viande, d'un milieu fermé, masculin... pourtant il se fait de belles choses dans la boucherie, dans la charcuterie et dans la transformation, la préparation et la présentation de produits de la viande et sur nos 60 salariés, 45 % sont des femmes ! », atteste Benoît Barrié, dont l'entreprise est spécialisée dans la boucherie, la charcuterie, l'activité traiteur. « Il y a chez nous, un vrai potentiel d'emploi et de valorisation dans nos métiers », argumente-t-il. Son entreprise s'est ainsi adaptée pour « séduire » dans son recrutement : « Nous avons réduit les semaines de travail à quatre jours et demi, nous avons revalorisé les salaires... ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.