Le Réveil Lozère 18 décembre 2019 a 11h00 | Par Emmanuel Delarue

Semer l'agriculture de demain

Avec une démarche de diversification très poussée, en valorisant l'ensemble de sa production et en distribuant en direct, Stéphan Charmasson a développé un modèle économique à l'image de sa vision de l'agriculture biologique.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © ED

Comme beaucoup d'agriculteurs, Stéphan Charmasson n'a pas toujours été dans le bio. Durant de nombreuses années, ce chimiste de formation a produit des pommes en agriculture raisonnée sur une vingtaine d'hectares. Dans le delta du Rhône où il est installé depuis plus de 20 ans, il a converti ses pommiers en 2009. En développant de nombreuses variétés - jusqu'à 25 à l'heure actuelle - il a aussi progressivement étendu ses vergers. Il est aujourd'hui à la tête d'une exploitation arboricole de 60 hectares. La pomme reste sa principale production, mais il a depuis engagé une démarche de diversification significative de sa production fruitière. Ces dernières années, des parcelles de kiwi, grenade, kaki et baies de goji toujours en bio ont aussi pris leur place. Et ce n'est pas fini.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.