Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 a 10h00 | Par Sophie Chatenet

SITEVI : entre les rangs, les idées neuves fermentent

Le salon dédié à la viticulture, l'arboriculture et l'oléiculture a fermé ses portes, jeudi dernier, à Montpellier. Cette nouvelle édition a fait la part belle aux outils alternatifs en matière de désherbage et de fertilisation.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Un espace dédié à la dégustation de vins français et étrangers.
Un espace dédié à la dégustation de vins français et étrangers. - © SC

Organisé tous les deux ans à Montpellier, le Sitevi rassemble notamment l'ensemble des outils et services dédiés à la filière viticole, des plants de vigne aux tonneaux, en passant par les technologies les plus avancées au champ comme au chai. Pas moins de 1 110 exposants étaient présents cette année. Plus diversifié que son pendant bordelais, le salon Vinitech-Sifel, organisé lui aussi tous les deux ans, le Sitevi draine une population viticole plus hétéroclite. Petites et grandes appellations s'y retrouvent autour de besoins complémentaires. En 2019, peut-être encore plus que précédemment, la majorité des exposants se sont emparés des mutations à l'oeuvre dans l'univers viti-vinicole. Adaptation aux contraintes climatiques, alternatives aux produits phytosanitaires, accélération de l'usage du numérique et fertilisation organique sont sans conteste les tendances du secteur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»