Le Réveil Lozère 02 juin 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Six candidats aux législatives ont signé une charte d'engagement en faveur de l'agriculture

À l'invitation du CAFL (conseil de l'agriculture française Lozère), mercredi 25 mai, sept candidats aux législatives sur les onze dans la course se sont retrouvés au Sabatier, sur la ferme de Noël Lafourcade, pour débattre d'agriculture et des territoires ruraux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À l'invitation du CAFL (conseil de l'agriculture française Lozère), mercredi 25 mai, sept candidats aux législatives sur les onze dans la course se sont retrouvés au Sabatier, sur la ferme de Noël Lafourcade, pour débattre d'agriculture et des territoires ruraux.
À l'invitation du CAFL (conseil de l'agriculture française Lozère), mercredi 25 mai, sept candidats aux législatives sur les onze dans la course se sont retrouvés au Sabatier, sur la ferme de Noël Lafourcade, pour débattre d'agriculture et des territoires ruraux. - © Marion Ghibaudo

Les présidents de la FDSEA et des JA, respectivement Jean-François Maurin et Hervé Boudon, se sont dits « heureux de l'intérêt que les candidats portent au monde agricole, premier secteur économique en Lozère [...] et les syndicats veilleront à ce que les signataires, une fois élus, respectent les engagements pris ce jour ». Parmi les partenaires de la CAFL, le président de la MSA du Languedoc, Cédric Saur, a souligné combien « le métier d'agriculteur n'est pas un métier comme les autres, et qu'il faut réussir à préserver nos particularismes : l'agriculture se fait sur des cycles longs et des rentabilités faibles ».
Six candidats, à la fin d'un débat animé, ont signé la charte coécrite par les partenaires du CAFL pour « aider l'agriculture, la Lozère, les campagnes et ceux qui y vivent ». Seule la candidate de la Nupes (nouvelle union populaire écologique et sociale), Sandrine Descaves, a refusé de signer le document, « car, a-t-elle expliqué, malgré de nombreux points de convergences entre le programme de la Nupes et la charte », certains aspects du document sont très éloignés de ce qui est défendu par la Nupes dans sa vision de l'agriculture. Une position qui a vivement fait réagir les représentants du CAFL, se déclarant déçus de ce discours ; pour Julien Tuffery, vice-président de la chambre d'agriculture, « cette charte, ce n'est pas comme au Mac Do, on ne choisit pas juste les options qu'on veut ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.