Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Sodiaal a rencontré ses producteurs de lait lozérien pour débattre du nouveau référentiel

 Jean-Paul Picquendar, directeur des laits segmentés chez Sodiaal, a rencontré vendredi 23 octobre les éleveurs lozériens de la coopérative nationale pour « préparer l’avenir, présenter le cahier des charges et les référentiels », entre autres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 Jean-Paul Picquendar, directeur des laits segmentés chez Sodiaal, a rencontré vendredi 23 octobre les éleveurs lozériens de la coopérative nationale pour « préparer l’avenir, présenter le cahier des charges et les référentiels », entre autres.
 Jean-Paul Picquendar, directeur des laits segmentés chez Sodiaal, a rencontré vendredi 23 octobre les éleveurs lozériens de la coopérative nationale pour « préparer l’avenir, présenter le cahier des charges et les référentiels », entre autres. - © Marion Ghibaudo

La réunion a eu lieu à Mende, dans les locaux de la chambre d’agriculture, et a rencontré un vif succès : la majorité des producteurs de lait adhérents à Sodiaal ont répondu présent.
« Jean-Paul Picquendar nous a fait le plaisir de venir nous voir sur la semaine, et nous avons pu visiter quelques exploitations avec lui », a relevé Marc Brun, éleveur en bio et responsable du bassin sud-ouest en bio.
« Cette réunion a aussi été l’occasion de faire un point sur les activités de l’année, avec la crise Covid-19, parler des nouveaux produits, etc. », a détaillé Jean-Paul Picquendar. Implantations et nombre d’élevages étaient aussi au menu de la réunion de ce vendredi : « nous sommes une filière en développement », a insisté le directeur des laits segmentés. « Notre coopérative est arrivée à garder le cap dans une crise sans précédent », a tenu à souligner Marc Brun, « nous avons continué à collecter le lait de tous nos coopérateurs ».
Enfin, une partie de la réunion a été consacrée à l’utilisation des laits : « tous les producteurs qui sont là détiennent le capital de la coopérative », a rappelé Jean-Paul Picquendar, « donc on leur doit de leur rendre des comptes ». « L’intérêt d’une coopérative comme la nôtre, c’est qu’on va au marché », a relevé le directeur des laits segmentés, « et c’est extrêmement précieux pour nos producteurs de disposer de ces informations ». Ce qui permet aux producteurs, grâce à cette lecture du marché, de réfléchir aux orientations à donner à leurs exploitations.

 

Pour en savoir plus sur les coopérateurs laitiers lozériens, voir notre article en cliquant ici.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.