Le Réveil Lozère 09 mars 2022 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Sodiaal estime qu'il faut renégocier « dès maintenant » tous les contrats MDD

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Au lendemain de la clôture des négociations commerciales sur les marques nationales, le 2 mars, le président de Sodiaal Damien Lacombe insiste sur la nécessité de « modifier dès maintenant les contrats sur les marques de distributeurs (MDD, ndlr) pour répercuter l'inflation ». La coopérative laitière a fait passer une hausse de 25 EUR les mille litres sur sa matière première agricole dans les contrats signés avec la distribution sur les produits de ses marques nationales (Candia, Entremont, Yoplait). La répercussion d'une inflation à 6 % sur les produits laitiers « représente moins de 40 EUR par an et par famille », calcule son président. Compte tenu de la forte inflation et du niveau « très élevé » des cours internationaux des produits laitiers, Sodiaal souhaite désormais renégocier - sans attendre nécessairement les échéances - ses contrats sur les MDD. « Il faut passer des hausses anticipées, affirme Damien Lacombe, c'est nécessaire pour que nous puissions maintenir nos prix (payés aux éleveurs, ndlr) toute l'année ». Il cite en exemple l'accord passé avec le distributeur Lidl sur un prix de base à 395 EUR (410 EUR toutes primes confondues) sur la totalité des volumes de la coopérative commercialisés par l'enseigne, en marques nationales et MDD.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.