Le Réveil Lozère 16 juin 2021 a 14h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Suède, France et Luxembourg demandent un renforcement de la législation

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La Suède, soutenue par la France et le Luxembourg, a demandé le 10 juin à la Commission européenne, à l’occasion de la réunion des ministres de l’Environnement de l’UE, de renforcer le cadre législatif afin de protéger les populations d’insectes, en particulier les pollinisateurs sauvages. Ces pays souhaitent que Bruxelles travaille rapidement « sur la réévaluation et éventuellement le retrait du marché des substances qui présentent le plus grand danger pour les pollinisateurs, le renforcement de la substitution par des alternatives à faible risque et non chimiques, et la promotion de la recherche et de l’innovation ». Les ministres insistent également sur les critères d’évaluation des risques des produits phytosanitaires pour les abeilles qui seront discutés fin juin dans le cadre de la réunion des ministres de l’Agriculture de l’UE. En effet, comme le demandait depuis plusieurs mois la commission de l’Environnement du Parlement européen, la discussion sur l’évaluation des risques des pesticides pour les abeilles ne va plus se limiter à un débat entre experts mais être portée au niveau des ministres de l’Agriculture. La Commission européenne a proposé de fixer un taux de mortalité acceptable à 10 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.