Le Réveil Lozère 28 septembre 2022 a 12h00 | Par GS

Sur l'Aubrac, un concours de broutards entre compétition et solidarité

Avec une affluence moyenne, ce 43e concours à Aumont-Aubrac a été l'occasion pour les éleveurs bovins mais aussi ovins de mesurer la qualité de leur travail dans une ambiance conviviale et d'évoquer ensemble les enjeux de solidarité face aux prédations.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Avec une affluence moyenne, ce 43e concours à Aumont-Aubrac a été l'occasion pour les éleveurs bovins mais aussi ovins de mesurer la qualité de leur travail dans une ambiance conviviale et d'évoquer ensemble les enjeux de solidarité face aux prédations. (© GS) Avec une affluence moyenne, ce 43e concours à Aumont-Aubrac a été l'occasion pour les éleveurs bovins mais aussi ovins de mesurer la qualité de leur travail dans une ambiance conviviale et d'évoquer ens © GS Avec une affluence moyenne, ce 43e concours à Aumont-Aubrac a été l'occasion pour les éleveurs bovins mais aussi ovins de mesurer la qualité de leur travail dans une ambiance conviviale et d'évoquer ens © GS Avec une affluence moyenne, ce 43e concours à Aumont-Aubrac a été l'occasion pour les éleveurs bovins mais aussi ovins de mesurer la qualité de leur travail dans une ambiance conviviale et d'évoquer ense © GS

« Au moins il ne fait pas froid ! ». Ce samedi 24 octobre, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées sous la grande halle d'Aumont-Aubrac pour l'emblématique concours de broutards de la rentrée. Organisé par l'association de développement agricole d'Aumont-Aubrac pour la 43e année, ce concours accueillait en plus des broutards et des bêtes grasses, la dixième édition du concours départemental des agnelles, et nouveauté, une compétition de béliers BMC, en deux catégories (jeunes et âgés).
Mais c'est bien une vache, de race fleur d'Aubrac, qui a remporté le titre de championne du concours, présentée par le Gaec de la Vaissière, de la commune de Châteauneuf-de-Randon. Un titre doublé de celui du premier prix de la section A des bêtes grasses. « On vient toujours pour gagner, mais on sait jamais ce qui peut arriver ! », se réjouit Mathieu Pierre, associé avec son frère et son père sur cette exploitation familiale. Ce prix vaut « reconnaisse du travail mais aussi une plus-value au niveau du prix ». Avec effet immédiat, puisque le salon a été également l'occasion de conclure une vente profitable à la boucherie de l'Hyper U de Mende, où les consommateurs pourront découvrir le produit dans quelques semaines. Le concours est aussi pour certains une grande première. À 22 ans, Julien Bonal, du Gaec du même nom, est installé depuis huit mois seulement près de Mont-de-Randon. Il produit une viande bovine Limousine labellisée Label rouge et distribuée dans le département. Première participation et aussi premier prix dans sa catégorie : « c'est gratifiant, ça nous confirme dans notre envie de faire de notre mieux ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.