Le Réveil Lozère 09 novembre 2022 a 12h00 | Par GS

Sur le causse Méjean, inauguration officielle d'une bergerie symbole d'une transmission réussie

Depuis un an le Gaec du Buffre, associant deux agriculteurs de deux générations, s'est équipé d'une nouvelle bergerie avec l'aide de fonds européens. Ce samedi 5 novembre, le préfet de Lozère ainsi que de nombreux élus s'étaient donné rendez-vous pour célébrer ce témoignage du dynamisme agricole local.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Depuis un an le Gaec du Buffre, associant deux agriculteurs de deux générations, s'est équipé d'une nouvelle bergerie avec l'aide de fonds européens. Ce samedi 5 novembre, le préfet de Lozère ainsi que de nombreux élus s'étaient donné rendez-vous pour célébrer ce témoignage du dynamisme agricole local. (© GS) Depuis un an le Gaec du Buffre, associant deux agriculteurs de deux générations, s'est équipé d'une nouvelle bergerie avec l'aide de fonds européens. Ce samedi 5 novembre, le préfet de Lozère © GS Depuis un an le Gaec du Buffre, associant deux agriculteurs de deux générations, s'est équipé d'une nouvelle bergerie avec l'aide de fonds européens. Ce samedi 5 novembre, le préfet de Lozère © GS

Il n'y a pas de petite cérémonie. Et ce 5 novembre, au Buffre, sur la commune d'Hures-la-Parade, c'est avec tous les atours de n'importe quelle célébration d'envergure qu'une trentaine de personnes ont inauguré une nouvelle bergerie. Un bâtiment flambant neuf de 288 m², érigé en quelques semaines à l'automne 2021, pour un coût de 154 000 euros, dont 50 000 EUR environ pour le déversoir à grain et les équipements, financé à 45 % par le Feader. Dans cette exploitation, près de 480 brebis s'épanouissent sur 613 hectares (champs et parcours compris) du causse, avec une production annuelle de 780 agneaux certifiés Elovel. Un nouveau bâtiment, capable de limiter l'écart thermique entre 5°C minimum et 25°C maximum, est devenu nécessaire pour accueillir les agnelles de Didier Pradeilles et Tanguy Bessède. Ce dernier, âgé de 22 ans, s'est installé après deux années d'apprentissage et une année supplémentaire de parrainage au sein du Gaec du Buffre où il est désormais associé. Didier Pradeilles, éleveur de 57 ans bien connu de la commune, reste attaché à la survie de son exploitation : « c'était le moment où il me fallait prendre une décision sur l'avenir de l'exploitation, je voulais que ça continue » raconte-t-il. La possibilité d'obtenir un financement européen pour construire un nouveau bâtiment et rénover l'ancien a permis de donner des bases solides à ce projet agricole tourné vers l'avenir, qui aura au total investi 500 000 euros sur cinq ans. Un exemple de passage de relais salué par les nombreuses personnalités présentes pour l'inauguration de ce 5 novembre, à commencer par Bruno Commandré, éleveur sur le causse Méjean et premier adjoint de la commune d'Hures-la-Parade, heureux de voir « des forces vives du territoire, jeunes motivés et moins jeunes qui savent aussi passer la main ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Pierre-Louis (31) | 09 novembre 2022 à 15:10:54

"Le Réveil" : décidément, le Méjan !

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.