Le Réveil Lozère 24 août 2022 a 10h00 | Par GDS Lozère

Sur le mont Lozère, le retour de la maladie du charbon

Ces trois dernières semaines, des élevages du mont Lozère ont été touchés par des mortalités de bovins dues au charbon symptomatique, avec confirmation en laboratoire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Réunions d'information avec le GDS en 2021 sur la maladie du charbon
Réunions d'information avec le GDS en 2021 sur la maladie du charbon - © Marion Ghibaudo/Archive

C'est donc la deuxième année consécutive que la maladie sévit sur ce secteur, ce qui s'explique par la très grande résistance de la bactérie dans le sol, pendant des dizaines d'années. Il est assez probable que la sécheresse qui craquelle le sol et les quelques orages des dernières semaines aient permis la remontée en surface, la multiplication et la dissémination des spores. Tous les bovins concernés appartenaient à des classes d'âge non vaccinées contre le charbon.
Les bactéries de la famille des Clostridies sont à l'origine de toxi-infections, c'est-à-dire de la libération dans l'organisme de toxines parmi les plus virulentes connues, ce qui explique la soudaineté et la rapidité de la mort. Ces bactéries sont présentes de façon normale dans le tube digestif des animaux, et leur multiplication excessive peut conduire à la survenue des symptômes, mais on les trouve aussi dans le sol à l'état de spores qui sont des formes de résistance : c'est en ingérant ces spores que les animaux s'infectent.
La maladie peut provoquer une nécrose musculaire, et on observe parfois, au tout début, un membre gonflé ou une boiterie sur l'animal atteint. Du fait de la très grande rapidité d'évolution, les traitements sont inefficaces, seule la vaccination préventive permet, avec succès et à un coût modéré, d'éviter les mortalités. Enfin, rentrer les animaux en bâtiment est une action à mettre immédiatement en oeuvre dans un contexte de mortalités, tout comme enlever rapidement les cadavres des pâtures afin d'éviter au maximum la dissémination de bactéries. Dans tous les cas, il est nécessaire de se mettre rapidement en relation avec son vétérinaire qui apportera ses conseils et son expertise, surtout si des prélèvements doivent être effectués car les cadavres pourrissent très vite lors d'infections à clostridies. La mise en place de mesures efficaces permet de stopper les mortalités. Attention, pour être complètement efficace, la vaccination doit concerner toutes les classes d'âge du troupeau, des veaux de l'année aux vaches les plus âgées et aux taureaux.

En pratique

Pour plus de renseignements, contacter le GDS Lozère au 04 66 49 01 56.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.