Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 a 08h00 | Par AG

Suspension de l’aide au stockage privé de viandes bovine, ovine et caprine

La Commission européenne a décidé le 10 juillet de suspendre les dispositifs de soutien au stockage privé de viandes bovine, ovine et caprine mis en place début mai pour aider ces secteurs à faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La Commission européenne a décidé le 10 juillet de suspendre les dispositifs de soutien au stockage privé de viandes bovine, ovine et caprine mis en place début mai pour aider ces secteurs à faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus.
La Commission européenne a décidé le 10 juillet de suspendre les dispositifs de soutien au stockage privé de viandes bovine, ovine et caprine mis en place début mai pour aider ces secteurs à faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus. - © Marion Ghibaudo / Illustration

La Commission juge en effet qu’il y a des signes de reprise sur ces marchés et que ces dispositifs n’ont de toute façon que très peu été utilisés par les opérateurs. Seules quelque 3 000 tonnes de viande bovine (pour la plupart sur une courte durée) ont été stockées dans ce cadre. Afin d’éviter toute spéculation, Bruxelles a suspendu ces programmes et proposera dans les prochaines semaines aux États membres d’y mettre définitivement fin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Il est aujourd’hui urgent de prioriser les investissements pour restaurer notre capacité productive, incluant les activités agricoles et agroalimentaires

défend Dominique Chargé, président de la coopération agricole.