Le Réveil Lozère 30 septembre 2020 à 10h00 | Par AG

Top départ du recensement général agricole le 1er octobre (ministère)

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le ministère de l’Agriculture lancera le recensement général agricole le 1er octobre, a indiqué le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie le 28 septembre lors d’un entretien avec Agra Presse et plusieurs titres de la presse agricole départementale. Cette enquête, qui se finira fin mars 2021, « concerne les 420 000 exploitations françaises », précise-t-il. « J’appelle les agriculteurs à [y] prendre part massivement », lance M. Denormandie, rappelant qu’il s’agit d’un « acte civique qui n’a comme d’autre finalité que de pouvoir adapter nos politiques au bénéfice justement de ceux qui vont y répondre ». Pour 350 000 exploitations, le recensement se fera en ligne sur la base d’un questionnaire « simple, facile, et en partie prérempli en utilisant les données de la Pac ». Pour les 70 000 exploitations restantes, le ministère prévoit des entretiens – soumis au consentement des agriculteurs – permettant « d’aller un cran plus loin et de bénéficier du ressenti ». « C’est un événement incroyablement important, car c’est ce qui doit nous permettre de définir des politiques publiques qui sont les plus adaptées aux réalités du terrain », insiste le locataire de la Rue de Varenne. La dernière vague du recensement général, obligatoire tous les dix ans pour tous les États membres de l’UE, a eu lieu en 2010. L’édition 2020 comportera des nouveautés sur les mutations des exploitations (détenteurs du capital, recours à l’externalisation, etc.), ainsi que des données plus détaillées sur la bio et la diversification.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui