Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 09h00 | Par YG

Toujours en difficulté, les éleveurs de broutards espèrent une embellie

Après une réunion le 16 octobre entre le ministre de l’Agriculture, les éleveurs et les exportateurs de broutards, la FNB espère des évolutions « sous trois semaines » pour faire remonter les prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après une réunion le 16 octobre entre le ministre de l’Agriculture, les éleveurs et les exportateurs de broutards, la FNB espère des évolutions « sous trois semaines » pour faire remonter les prix.
Après une réunion le 16 octobre entre le ministre de l’Agriculture, les éleveurs et les exportateurs de broutards, la FNB espère des évolutions « sous trois semaines » pour faire remonter les prix. - © Lise Monteillet/Illustration

Dans un communiqué du 19 octobre, la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) dit attendre, « sous trois semaines », des « actions pour une meilleure organisation » de la filière bovine, « favorisant [la] valorisation des broutards ». C’est sur cet objectif que s’est conclue, selon l’association spécialisée de la FNSEA, la réunion entre éleveurs et exportateurs de broutards, organisée le 16 octobre par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie. « Il y a urgence à redresser la situation », alerte le président de la FNB Bruno Dufayet, cité dans le communiqué, car la baisse des cours du broutard provoquerait une chute de « près de 30 % [du] revenu annuel par unité de main-d’œuvre ». « Le ministre a bien identifié le message d’alerte porté par la FNB, relayant les actions syndicales en cours dans le Massif central », se félicite-t-il. Le 12 octobre, le Berceau des races à viande du Massif central (Brav) avait appelé à « retenir au maximum les broutards en ferme ». Un durcissement suivi par plusieurs actions syndicales dans le Cantal et le Puy-de-Dôme.

 

Voir aussi nos autres article sur le sujet en cliquant ici et ici.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.