Le Réveil Lozère 29 juin 2022 a 14h00 | Par Pamac

Traction de remorques : la formation B96, alternative au permis BE

Depuis le 19 janvier 2013, la formation B96 est nécessaire pour les conducteurs d'un ensemble voiture et remorque, ou caravane sous conditions de poids.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Cette formation s'adresse à tous les conducteurs d'un ensemble dont la somme des PTAC-F2 est supérieure à 3 500 kg sans excéder 4 250 kg, composé d'une voiture (catégorie B) et d'une remorque ou caravane de plus de 750 kg de PTAC-F2.
Pour obtenir le B96, il faut suivre une formation d'une durée de sept heures, auprès d'un enseignant de la conduite composée de deux séquences : l'une de quatre heures, hors circulation et la seconde de trois heures en circulation.
La formation hors circulation sert à appréhender l'utilité de la réglementation, de la signalisation et des règles spécifiques à la conduite d'un ensemble, des vérifications avant le départ et réaliser des exercices d'attelage et de dételage.
La formation en circulation met l'accent notamment sur le respect du Code de la route, la connaissance et la maîtrise du véhicule pour ne pas créer de dangers, la capacité à assurer sa propre sécurité et celle des autres usagers sur tout type de route et à agir de façon appropriée, et enfin le degré d'autonomie dans la réalisation d'un trajet, la capacité à adopter un comportement courtois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.