Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 10h00 | Par IL

Trois voies politiques pour limiter les distorsions avec les pays tiers

Pour faire appliquer complètement ses normes de production aux denrées importées, plusieurs solutions s’offrent à l’UE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La viande aux hormones, trente années de négociations et de recours.
La viande aux hormones, trente années de négociations et de recours. - © Agra – Émilie Durand

Si elle choisit la stratégie de l’affrontement, l’Europe pourrait imposer seule des règles plus dures à tous les importateurs, renforcer les contrôles et devenir la place forte et inaccessible de l’agriculture durable. Au risque de se voir systématiquement remise en cause au niveau de l’OMC, comme le montre l’exemple de la viande aux hormones.
Le cas, avec trente années de négociations et de recours a fait école. Tout commence en 1989, lorsque l’Union européenne interdit six hormones de croissance dans l’ensemble des importations de viande. Les États-Unis répondent immédiatement par des hausses de 100 % des taxes sur une gamme de produits agricoles européens et portent la dispute à l’OMC, bientôt rejoints par le Canada.
Les débats et appels successifs auprès de l’organisation internationale se termineront en 2009, par un accord dans lequel l’Europe accorde finalement un quota de 45 000 tonnes d’importations de bœuf américain produit sans hormones. Une concession, qui laisse aux deux parties un goût d’inachevé, et ne contente aucun producteur de part et d’autre de l’Atlantique.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 16 janvier 2020, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui