Le Réveil Lozère 24 mars 2021 a 09h00 | Par Maxime Colomb, conseiller bio à la chambre d’agriculture de Lozère

« Trouver l’équilibre en bio »

Installé à Allenc, Christophe Jaffuer élève des vaches laitières et allaitantes. En 2017, il décide de convertir l’exploitation en agriculture bio pour gagner en sérénité. Aujourd’hui il ne regrette pas son choix, et envisage l’avenir avec un peu moins d’allaitantes et plus de lait.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Installé à Allenc, Christophe Jaffuer élève des vaches laitières et allaitantes. En 2017, il décide de convertir l’exploitation en agriculture bio pour gagner en sérénité. Aujourd’hui il ne regrette pas son choix, et envisage l’avenir avec un peu moins d’allaitantes et plus de lait.
Installé à Allenc, Christophe Jaffuer élève des vaches laitières et allaitantes. En 2017, il décide de convertir l’exploitation en agriculture bio pour gagner en sérénité. Aujourd’hui il ne regrette pas son choix, et envisage l’avenir avec un peu moins d’allaitantes et plus de lait. - © Maxime Colomb

Christophe Jaffuer s’est installé le 1er août 2000 dans le cadre familial en production bovin lait et bovin viande. Il travaille alors à diminuer progressivement le recours aux intrants avec l’idée, à terme, de convertir son exploitation. « J’étais peu utilisateur d’engrais et je n’utilisais déjà pas de produits phyto. L’image du bio était pour moi positive et arrivait dans la continuité de mon travail. En plus, elle me paraissait primordiale pour un jour céder une exploitation viable et gérable aux futures générations », explique-t-il. Le déclic vient lorsque des perspectives de collecte s’ouvrent sur le secteur d’Allenc avec Sodiaal. Après une étude de conversion réalisée par la chambre d’agriculture, il enclenche la bascule en 2017, pour une première livraison de lait bio en mars 2019.

Des ajustements pour viser l’autonomie sur les cultures…
Au démarrage de la conversion, Christophe Jaffuer augmente les fréquences de rotation pour rajeunir les prairies et favoriser les légumineuses (luzerne, sainfoin). Il arrête les engrais minéraux tout en conservant le budget fertilisation en engrais organiques, l’idée étant de diminuer progressivement pour arrêter ces achats. Le travail sur la qualité des fourrages vise à optimiser le stade de récolte. Enfin, il change tranquillement de méthode : de l’ensilage, il passe à l’enrubannage, lui permettant de travailler à la parcelle. Cet automne, il met en culture 4 hectares de blé panifiable destiné à la vente (environ 480 € la tonne) pour compenser les achats de tourteaux. Aujourd’hui, l’exploitation reste autonome.

Quelques données sur l’exploitation

L’exploitation de Christophe Jaffuer se situe sur un plateau argilocalcaire à 1 100 m d’altitude favorable à l’implantation de légumineuses et de céréales. Sur sa SAU de 135,6 hectares, l’agriculteur a dédié 17,38 hectares à l’implantation de céréales ; 21,69 hectares de PT ; 33,21 hectares de PP et PTR, et enfin, 63,31 hectares de parcours. Il produit 5 000 litres de lait commercialisé par vache.
Parmi ses équipements et bâtiments, il a imaginé un bâtiment entravée pour les jeunes, et une stabulation libre semi-paillée pour son cheptel composé de 29 montbéliardes à la traite (augmentation de cinq laitières depuis la conversion) et de 22 Aubrac (huit allaitantes en moins depuis la conversion). À titre individuel, Christophe Jaffuer possède un tracteur de 110 chevaux pour les travaux quotidiens, du matériel de fenaison et une désileuse. Les autres équipements qu’il utilise sont en copropriété ou en Cuma. Sur ses parcelles, Christophe Jaffuer a instauré une rotation de base de cinq ans où s’alternent des prairies temporaires, deux ans de céréale, des semis de la prairie sous couvert d’avoine.
Pour les rations d’hiver, il distribue 10 kg de MS d’ensilage ou d’enrubannage (50 % de la ration), 2 kg de MS de foin de prairie, 3 kg de MS de regain de luzerne, 4 kg de céréales, 1 kg de tourteau. Et l’été, les vaches sont 100 % à l’herbe du 15 mai au 15 octobre avec la traite au champ et la distribution de 4 kg de céréales. Particularité l’été, Christophe Jaffuer pratique la traite au champ grâce à une cabane de traite. Depuis 2020, en hiver elle est rentrée dans le bâtiment
« La traite au champ me permet de faire du lait à moindre coût en valorisant l’herbe au maximum et en limitant les déplacements de mes animaux. À titre personnel, j’apprécie aussi de traire à l’extérieur », dit-il. Pour se libérer du temps et profiter de sa famille, Christophe Jaffuer fait également appel au Groupement d’employeurs 40 jours par an.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.