Le Réveil Lozère 03 juin 2020 à 10h00 | Par CRPF

Un accompagnement gratuit aux mouvements fonciers forestiers

En Lozère, depuis de nombreuses années, le conseil départemental poursuit une démarche d'aide à la restructuration du foncier forestier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Lozère, depuis de nombreuses années, le conseil départemental poursuit une démarche d'aide à la restructuration du foncier forestier.
En Lozère, depuis de nombreuses années, le conseil départemental poursuit une démarche d'aide à la restructuration du foncier forestier. - © Christel Janich - Illustration

Ici, comme dans de nombreux territoires, le morcellement est un frein à la valorisation des parcelles. Réussir à créer des unités de gestion d'au moins trois ou quatre hectares permet d'ouvrir le champ des possibles en termes de gestion sylvicole et de commercialisation des bois. Restructurer un bien foncier lui confère également davantage de valeur.
Les propriétaires forestiers sont souvent concernés par l'une des situations suivantes : connaissances limitées des parcelles, de leurs emplacements ; parcelles isolées, enclavées, dispersées ; parcelles de toute petite surface ; éloignement physique et manque de compétences forestières. Toutes ces raisons rendent difficile un quelconque projet de gestion forestière (valorisation du bois, aménagement paysager ou d'agrément).

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1563, du 4 juin 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui