Le Réveil Lozère 24 août 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Un beau succès pour une première marche gourmande

Mardi 23 août, une centaine de randonneurs s'est élancée depuis le parc Wunsiedel à l'assaut des sentiers menant à Chanteruéjols, pour une marche gourmande organisée par Interbev et la section ovine et bovine de la FDSEA.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mardi 23 août, une centaine de randonneurs s'est élancée depuis le parc Wunsiedel à l'assaut des sentiers menant à Chanteruéjols, pour une marche gourmande organisée par Interbev et la section ovine et bovine de la FDSEA. (© Marion Ghibaudo) Jean-Michel Brun (à droite) dans le laboratoire de la boucherie à Hyper U © Marion Ghibaudo Mardi 23 août, une centaine de randonneurs s'est élancée depuis le parc Wunsiedel à l'assaut des sentiers menant à Chanteruéjols, pour une marche gourmande organisée par Interbev et la section ovin © Marion Ghib Mardi 23 août, une centaine de randonneurs s'est élancée depuis le parc Wunsiedel à l'assaut des sentiers menant à Chanteruéjols, pour une marche gourmande organisée par Interbev et la section ovin © Marion Ghibaudo

Une quinzaine de kilomètres sous un beau soleil, serpentant dans les sentiers de randonnée dans et autour de Mende, avec trois arrêts prévus sur le chemin pour déguster des produits locaux, construits autour d'un menu mettant en valeur la viande : c'était le programme proposé par la section bovine et ovine de la FDSEA et Interbev ce mardi 23 août pour faire découvrir au grand public une autre facette de l'élevage. La pause principale se faisant sur les hauteurs de Mende, sur une parcelle prêtée pour l'occasion par Albert Privat, l'agriculteur laitier de Chanteruéjols. Dans un enclos proche des randonneurs, une trentaine de brebis paissaient tranquillement, ce qui n'a pas manqué de ravir les marcheurs.
En fin de randonnée, une visite de l'atelier boucherie d'Hyper U, partenaires de l'événement, était prévue pour ceux qui le souhaitaient. L'occasion pour les employés du magasin et leur directeur, Jean-Michel Brun, de faire découvrir des facettes peu connues de leur métier, et d'échanger sur les modes de production mis en avant dans le magasin. Magasin qui joue, le plus possible, le jeu du local. « Cela permet une vraie transparence, en montrant comment notre laboratoire fonctionne », a souligné ce dernier, qui travaille à l'année avec une soixante d'agriculteurs lozériens en direct et avec près d'une centaine d'autres, de manière indirecte. « Les clients et consommateurs ont compris l'intérêt de protéger le local, et ce type d'événement permet de mettre en avant le travail des agriculteurs lozériens », s'est réjoui Jean-Michel Brun. Associer tous les aspects de la transformation de la viande, jusqu'au produit final amené au consommateur, paraissait essentiel aux organisateurs. Ce projet test en lien avec Interbev Occitanie, célébrant l'amont et l'aval de la filière viande de qualité et locale, est déjà une réussite, et risque d'essaimer dans d'autres départements, pour aider à faire découvrir autrement l'agriculture et ses composantes. Quant à savoir si l'événement sera reconduit en Lozère l'an prochain, les organisateurs gardent pour l'instant le secret sur leurs intentions...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.