Le Réveil Lozère 16 février 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

« Un budget ambitieux mais prudent »

Le conseil départemental a voté, ce lundi 14 mars, le budget primitif 2022. Le faible niveau d’endettement de la Lozère permet de maintenir un bon niveau d’investissement, « et de déployer de grandes politiques prioritaires », selon les élus.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le conseil départemental a voté, ce lundi 14 mars, le budget primitif 2022. Le faible niveau d’endettement de la Lozère permet de maintenir un bon niveau d’investissement, « et de déployer de grandes politiques prioritaires », selon les élus.
Le conseil départemental a voté, ce lundi 14 mars, le budget primitif 2022. Le faible niveau d’endettement de la Lozère permet de maintenir un bon niveau d’investissement, « et de déployer de grandes politiques prioritaires », selon les élus. - © Marion Ghibaudo/Archives

« Comme en 2021, la section d’investissement du conseil départemental tourne autour de 45 millions d’euros », a expliqué Laurent Suau, deuxième vice-président du conseil départemental et maire de Mende, pour un budget total du département de 155,4 millions d’euros.
« C’est un budget ambitieux qui nous permet d’assumer les compétences obligatoires du département, a abondé Sophie Pantel, présidente du département, tout en restant prudents pour l’avenir ». Avec les élections présidentielles qui se profilent, les élus préfèrent se « garder une marge de manœuvre » dans les orientations budgétaires au cas où de nouvelles réformes verraient le jour, « type contrat de Cahors », a pointé la présidente du département.
Le faible endettement du département est aussi un point positif, selon les deux élus, qui permet de financer de nombreux projets ; en 2022, l’endettement moyen par habitant en Lozère était de 483 euros – un chiffre en deçà de la ligne rouge, et qui permet une « meilleure marge de manœuvre, et une meilleure marge de sécurité », selon les élus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.