Le Réveil Lozère 21 décembre 2022 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Un budget « volontaire », mais sur lequel pèse de fortes contraintes

Vendredi 16 décembre, les élus du département ont voté leur budget 2023. « Un budget volontaire et ambitieux pour les habitants et le climat dans un contexte encore plus contraint », a souligné la présidente du département, Sophie Pantel.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 16 décembre, les élus du département ont voté leur budget 2023. « Un budget volontaire et ambitieux pour les habitants et le climat dans un contexte encore plus contraint », a souligné la présidente du département, Sophie Pantel.
Vendredi 16 décembre, les élus du département ont voté leur budget 2023. « Un budget volontaire et ambitieux pour les habitants et le climat dans un contexte encore plus contraint », a souligné la présidente du département, Sophie Pantel. - © CDL 48

Construit sur les bases des orientations budgétaires débattues le 24 octobre 2022, le budget 2023 est en nette progression par rapport au budget 2022 avec plus dix millions d'euros sur le fonctionnement et plus quatre millions d'euros sur l'investissement. Il s'attache à répondre à la conduite des politiques départementales décidées mais reste cependant prudent face à un avenir très incertain.
Sur la base des rapports précédemment examinés faisant état des diverses politiques départementales et de leur traduction financière, l'Assemblée a voté le budget primitif 2023, avec des recettes de fonctionnement à hauteur de 133,65 millions d'euros, et des dépenses de fonctionnement dans une enveloppe de 120,45 millions d'euros. Enfin, un volume d'investissement prévu de 49,4 millions d'euros dont 43,1 millions d'euros d'investissement réels, et la prévision d'un recours à l'emprunt de 26 millions d'euros nécessaire au financement des investissements projetés.
Le budget 2023 offre une section d'investissement très conséquente, pour supporter le développement et renforcer l'attractivité de la Lozère. « Il permettra de rester offensif pour soutenir et protéger les lozériens, notamment les plus vulnérables et les plus impactés par la crise inflationniste », selon les élus.

Des motions en faveur de l'agropastoralisme

Trois motions ont été votées lors de cette assemblée plénière, dont deux concernent le monde de l'élevage. La première s'inquiète des arbitrages du PSN dans la Pac 2023-2027 en ce qui concerne l'agropastoralisme et les surfaces pastorales. Un changement de règle d'admissibilité avec l'introduction d'un critère de chargement minimal à 0,2 UGB par hectare pourrait remettre en cause les exploitations vivant sur le territoire de l'Entente causses et Cévennes : « ce sont les exploitations les plus fragiles, les moins dotées aujourd'hui et subissant les conditions les plus contraignantes dans leurs activités qui seraient affectées par cette proposition ». Le conseil départemental demande donc « une reconnaissance de la continuité des pratiques entre exploitations et estives ; et la prise en compte pour les critères d'entretien des terres, des seuils de chargement adaptés à la réalité de nos territoires pastoraux ».
La seconde motion s'est, elle, concentrée sur le loup : « l'agropastoralisme, pratique ancestrale d'élevage extensif sur des parcours et sa production de qualité, est remis en cause par les attaques », a pointé le conseil départemental. Accusant par ailleurs le loup de « remettre en cause tout un système d'élevage et, avec lui, tout un écosystème et d'autres éléments de biodiversité ». Considérant que la problématique de la prédation des loups est particulièrement prégnante et « cause la détresse des éleveurs », l'assemblée départementale demande, entre autres, « la réévaluation du statut du loup au niveau européen, le prélèvement significatif de plusieurs individus sur le territoire et l'installation d'une brigade nationale loup en Lozère ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La FNSEA appelle tout son réseau et l’ensemble de ses filières à se mobiliser à partir du 8 février à Paris et jusqu’au 20 février dans toute la France

a annoncé le syndicat dans un communiqué le 3 février.