Le Réveil Lozère 18 novembre 2020 à 10h00 | Par AgraPresse

Un foyer détecté en Haute-Corse, l’Hexagone bascule en risque « élevé »

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« La France a détecté un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de souche H5N8 en Haute-Corse », alerte le ministère de l’Agriculture dans un communiqué le 16 novembre. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a donc « décidé de placer l’ensemble du territoire national métropolitain en niveau de risque « élevé » à compter du 17 novembre », ajoute le communiqué. En conséquence, les éleveurs de volailles sont tenus d’enfermer leurs animaux ou de les protéger avec des filets. Sont interdits les rassemblements d’oiseaux, les transports et lâchers de gibiers à plumes, ainsi que l’utilisation d’appelants pour la chasse. Autant de mesures que le ministre appelle à « mettre en place sans délai ». En Haute-Corse, la maladie a été découverte dans une jardinerie près de Bastia, ce qui a donné lieu à l’euthanasie d’« environ 200 à 300 poules », a précisé le ministre dans un entretien à Public Sénat-LCP-Le Figaro. D’après la Rue de Varenne, des mesures de surveillance et de limitation des mouvements « ont été mises en place immédiatement pour éviter toute propagation », ainsi que des « mesures conservatoires chez les fournisseurs et acheteurs liés au foyer ». D’après les « premiers éléments d’analyse », la souche détectée montre « une similitude avec l’une des souches qui circule actuellement aux Pays-Bas ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.