Le Réveil Lozère 30 novembre 2022 a 08h00 | Par Marion Ghibaudo

Un gouvernement « mobilisé », les éleveurs s'impatientent

Interpellée à l'Assemblée, la secrétaire d'État à l'Écologie a assuré la mobilisation du gouvernement sur le dossier du loup, dans un contexte de hausse des dégâts malgré un plafond de tirs supérieur. Mais alors que s'ouvrent les discussions sur le prochain plan d'action, les éleveurs dénoncent le manque de résultat, ainsi qu'un flou sur la révision du classement de l'espèce.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Interpellée à l'Assemblée, la secrétaire d'État à l'Écologie a assuré la mobilisation du gouvernement sur le dossier du loup, dans un contexte de hausse des dégâts malgré un plafond de tirs supérieur. Mais alors que s'ouvrent les discussions sur le prochain plan d'action, les éleveurs dénoncent le manque de résultat, ainsi qu'un flou sur la révision du classement de l'espèce.
Interpellée à l'Assemblée, la secrétaire d'État à l'Écologie a assuré la mobilisation du gouvernement sur le dossier du loup, dans un contexte de hausse des dégâts malgré un plafond de tirs supérieur. Mais alors que s'ouvrent les discussions sur le prochain plan d'action, les éleveurs dénoncent le manque de résultat, ainsi qu'un flou sur la révision du classement de l'espèce. - © Dominique HOMMEL/Parlement européen/Illustration

Bérangère Couillard, secrétaire d'État à l'écologie, l'a assuré devant les députés lors des questions au gouvernement du 22 novembre : le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu, Marc Fesneau et elle-même sont « pleinement mobilisés » sur le dossier du loup. Principal geste concédé aux éleveurs par le gouvernement : une enveloppe de 400 000 euros qui permettra « de mieux équiper les louvetiers », selon Bérangère Couillard.
Mais la profession agricole peine à voir les résultats de cette « mobilisation ». « Nos demandes de rendez-vous avec Christophe Béchu sont restées lettre morte, et on nous a renvoyés vers un conseiller de Bérangère Couillard », regrette Claude Font, en charge du dossier à la FNO (éleveurs ovin, FNSEA). Alors que l'administration commence à préparer le prochain plan d'action national sur le loup, Claude Font rappelle par ailleurs que « la plupart des chantiers entamés par le groupe national demeurent inaboutis », notamment sur les chiens de protection, ou les pertes indirectes.
Ce manque de résultat inquiète d'autant plus la profession depuis la présentation par la Dreal Rhone-Alpes Auvergne, lors d'une réunion du 23 novembre de chiffres actualisés à fin octobre 2022. Selon les services de l'État, la hausse du nombre de loups prélevés, de 106 à 158 animaux, n'a pas empêché une augmentation de 12 % des victimes de prédation, de 10 348 à 11 641 bêtes au total. « C'est l'élevage qui paye l'échec du plan loup », regrette Claude Font. Autre tendance se dégageant des chiffres : la poursuite de la colonisation du territoire, avec six nouveaux départements concernés par les dégâts.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La FNSEA appelle tout son réseau et l’ensemble de ses filières à se mobiliser à partir du 8 février à Paris et jusqu’au 20 février dans toute la France

a annoncé le syndicat dans un communiqué le 3 février.