Le Réveil Lozère 12 février 2020 a 09h00 | Par IL

Un label et une exemption pour l’agriculture de conservation

À quelques jours d’écart, l’Apad a lancé un label pour l’agriculture de conservation et Didier Guillaume a annoncé que ces pratiques bénéficieraient d’une exemption provisoire à l’interdiction du glyphosate.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Émilie Durand

L’association pour la promotion de l’agriculture durable (Apad) a lancé le 30 janvier son label Au cœur des sols, permettant de valoriser les fermes pratiquant l’agriculture de conservation. « Les agriculteurs ne veulent plus de cahier des charges. Le principe de ce label, c’est de mettre sur la table ce qu’on fait de manière transparente », explique François Mandin, président de l’Apad.
Depuis octobre 2019, 60 agriculteurs ont déjà été labellisés. L’Apad espère atteindre 200 agriculteurs d’ici la fin 2020. Le label est attribué aux exploitations pour cinq ans, sur la base d’une grille à points évaluant la diversité des cultures, la durée de couverture végétale, le non-travail des sols, ainsi que les actions en faveur de la biodiversité.
Le modèle précis de valorisation économique n’a pas encore été défini, mais pourra correspondre à un premium sur les productions, ou à une rémunération des services environnementaux. « J’attends des engagements financiers par rapport au stockage de carbone, à la réduction de produits phytosanitaires, et à la préservation de l’eau », indique Florence Richard, agricultrice labellisée dans les Deux-Sèvres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).