Le Réveil Lozère 17 novembre 2021 a 16h00 | Par Marion Ghibaudo

Un label rouge conforté et de nouvelles voies à explorer

Avec plus de 2 000 animaux labellisés, plus de 500 élevages engagés, des bouchers et magasins demandeurs, l'association Boeuf fermier Aubrac peut avoir confiance en l'avenir. Lors de l'assemblée générale, fin octobre à Nasbinals, le président, Patrick Mouliade, a appelé au maintien de cet élan collectif et ouvert de nouvelles voies pour conforter les débouchés et la valorisation à la production.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Avec plus de 2 000 animaux labellisés, plus de 500 élevages engagés, des bouchers et magasins demandeurs, l'association Boeuf fermier Aubrac peut avoir confiance en l'avenir. Lors de l'assemblée générale, fin octobre à Nasbinals, le président, Patrick Mouliade, a appelé au maintien de cet élan collectif et ouvert de nouvelles voies pour conforter les débouchés et la valorisation à la production.
Avec plus de 2 000 animaux labellisés, plus de 500 élevages engagés, des bouchers et magasins demandeurs, l'association Boeuf fermier Aubrac peut avoir confiance en l'avenir. Lors de l'assemblée générale, fin octobre à Nasbinals, le président, Patrick Mouliade, a appelé au maintien de cet élan collectif et ouvert de nouvelles voies pour conforter les débouchés et la valorisation à la production. - © Eva DZ

Nombre d'animaux en progression (+131) malgré une légère baisse du nombre de labellisations, augmentation du nombre d'éleveurs adhérents (+23 éleveurs ayant apporté au moins un animal), hausse du prix payé (+ 21 centimes) malgré un marché de la viande partagé entre une baisse de consommation et une hausse de la viande hachée, des points de vente demandeurs... les signaux sont au vert pour le label rouge Boeuf fermier Aubrac. « Les efforts portent leurs fruits », résume satisfait Patrick Mouliade, président de l'association Boeuf fermier Aubrac.

Se prendre en main
Il souligne notamment les efforts des éleveurs sur l'annonce de leurs animaux, l'attention portée sur le choix des animaux par la filière, les efforts de tri en amont : « Tous les maillons de la chaîne sont investis pour assurer l'excellence de notre produit et c'est ainsi que nous avons pu tirer notre épingle du jeu en période de crise sanitaire », argumente-t-il. Patrick Mouliade tient aussi à remercier l'ensemble des éleveurs qui ont assuré des animations en magasins : « Indéniablement la présence d'un éleveur, l'échange direct avec le consommateur ont un impact sur les ventes », a-t-il argué. « Il est important d'être acteur dans notre filière parce que nos points de vente sont aussi demandeurs ». Il poursuit : « On voit beaucoup de jeunes éleveurs motivés, c'est très bien ! Mais il faut aller plus loin car rien ne remplace la voix de l'éleveur ! ». Une formation est ainsi proposée cet automne par l'association pour aider les éleveurs à communiquer sur leurs produits, à être plus à l'aise dans les animations. Et pour améliorer encore la communication autour du Boeuf fermier Aubrac, de nouvelles recettes vont être publiées dans un livret, la signalétique a été enrichie et le site internet va être rénové. Autant d'éléments de promotion qui complètent l'actuelle campagne de communication nationale de l'interprofession sur la consommation de viande label rouge. Des vidéos ont aussi été tournées sur les viandes label rouge dont une concerne le Boeuf fermier Aubrac.

Cartes vertes

Afin d'améliorer le fonctionnement du logiciel Sigal permettant l'édition des cartes vertes (Asda), la Direction générale de l'alimentation (service du ministère de l'agriculture et de l'alimentation) prévoit son arrêt total et national du vendredi 19 au dimanche 28 novembre. Durant cette période, aucune carte verte ne pourra être imprimée. Il est donc conseillé d'être très vigilants sur la notification des bovins dans la semaine qui précède la coupure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.