Le Réveil Lozère 21 avril 2021 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Un local économique voit le jour au lieu-dit l'Ayrolle

Mardi 20 avril, au lieu-dit l'Ayrolle à Ventalon-en-Cévennes, a eu lieu la signature du bail du local économique construit par la communauté de communes des Cévennes-au-mont-Lozère, pour accueillir des producteurs locaux : la brasseuse des Cévennes, et Fleur de carottes (un atelier de céramique).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

« Ce projet d'un local économique a été présenté pour la première fois en 2016 », explique Michel Reydon,, président de la communauté de commune Cévennes-au-mont-Lozère.
Avant même, donc, la naissance de la communauté de communes des Cévennes au mont Lozère, née en 2017 de la fusion de la communauté de communes des Cévennes-au-mont-Lozère avec celle de la Vallée-longue-et-du-Calbertois-en-Cévennes et de celle de la Cévennes-des-Hauts-Gardons.
Entre la première ébauche et le projet final, il aura donc fallu cinq ans pour que ce projet aboutisse. Regroupant deux productrices, Émilie Thisse la brasseuse* et Lucile Burnichon, la céramiste, ce local économique va permettre aux deux entrepreneuses de s'installer durablement en Cévennes.

*Brasseuse dont nous avions parlé à l'occasion de son lancement en 2020, dans notre article intitulé « la brasseuse des Cévennes : brassin local et bio », paru le 30 juillet 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).