Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Un moment pour mieux connaître l’organisation

Du 20 au 31 janvier, les adhérents sont invités à élire leurs représentants cantonaux. Un moment fort de l’organisation mutualiste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Les élections à la MSA arrivent à grands pas : du 21 au 30 janvier, les 2,1 millions d’électeurs nationaux seront appelés à élire leurs élus cantonaux et le dépouillement se fera le 6 février. Les nouveaux élus prendront leurs fonctions à partir du 2 avril, une fois le cycle des élections terminé. Car les élections des délégués cantonaux ne sont que le début : ces derniers devront ensuite voter pour leurs conseils d’administrations puis élire le conseil central et son président et premier vice-président.
« Selon moi, le rôle d’un élu est d’être investi, d’être sur le terrain et engagé pour régler les problèmes », définit François-Xavier Pradeilles, président du comité départemental MSA Lozère. Il se félicite que certaines problématiques remontées du terrain ont abouti à des débats nationaux ces dernières années. Par exemple au niveau de la gestion des accidents, que le président cite volontier : « cela ne fait que cinq à six ans que des procédures spécifiques existent et c’est grâce à des remontées de terrain ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 16 janvier 2020, en page 05.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui