Le Réveil Lozère 13 octobre 2022 a 08h00 | Par Propos recueillis par Véronique Gruber

« Un nouveau système assurantiel qui permet de donner de la sécurité et de la visibilité »

Le président de la commission économique de la FNSEA, Yannick Fialip, invite les agriculteurs à se rapprocher rapidement de leurs assureurs afin de pouvoir bénéficier d'une indemnisation correcte en cas de coups durs climatiques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
« Nos bâtiments agricoles sont tous assurés contre un risque d'incendie ou calamités climatiques, aussi je pense qu'en tant que responsable agricole, il est de mon devoir d'encourager les agriculteurs à souscrire une assurance », a dit Yannick Fialip.
« Nos bâtiments agricoles sont tous assurés contre un risque d'incendie ou calamités climatiques, aussi je pense qu'en tant que responsable agricole, il est de mon devoir d'encourager les agriculteurs à souscrire une assurance », a dit Yannick Fialip. - © HLP

Le nouveau dispositif de gestion des risques entrera en vigueur en janvier 2023. Que pensez-vous de cette réforme ?
On a travaillé collectivement, entre la profession, les assureurs et le gouvernement pour mettre en place ce nouveau système assurantiel qui permet de donner de la sécurité et de la visibilité à nos agriculteurs eu égard aux événements climatiques qu'ils s'apprêtent à subir dans les années à venir. Et je tiens vraiment à remercier le sénateur Laurent Duplomb, qui lors du passage de ce projet de loi au Sénat au printemps dernier, a fortement oeuvré pour que soient inscrits dans la loi, les curseurs et les taux (franchise, subvention de la prime d'assurance et taux de perte), qui nous permettent aujourd'hui d'avoir un système assurantiel robuste.

Quelles démarches doivent à présent être entreprises par les agriculteurs ?
Les agriculteurs peuvent se rapprocher de leurs assureurs qui, je le rappelle, doivent faire partie d'un pool de co-réassurance au niveau national. Une fois assuré, l'agriculteur bénéficiera : d'une franchise à 20 % sur tous dégâts liés à sa récolte, d'un taux de subvention sur sa cotisation d'assurance de 70 % (financés par les fonds européens), d'un taux de perte sur l'assurance privée à 30 % (prairie et arboriculture) et à 50 % pour la céréale et la viticulture. Au-delà de ces taux de perte, un système mutualiste, financé en grande partie par les pouvoirs publics, permettra d'indemniser les agriculteurs.
Cette réforme aboutit à un système assurantiel plus robuste pour les années futures même s'il reste encore quelques points de détail à clarifier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.