Le Réveil Lozère 16 novembre 2022 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Un plaidoyer pour faire évoluer la rémunération des vétérinaires sanitaires

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un courrier du 18 octobre adressé au ministre de l’Agriculture, cinq organisations professionnelles agricoles et vétérinaires* plaident pour « une juste rémunération des vétérinaires sanitaires (vétérinaires du secteur privé mandatés par l’État pour réaliser des actes obligatoires : vaccins, prélèvements… NDLR) en temps de crise sanitaire comme en temps de paix sanitaire ». « L’amélioration de l’état sanitaire des troupeaux induit de facto une diminution fondée techniquement et légitime des actes liés à l’habilitation sanitaire. Aussi, le modèle de rémunération des vétérinaires basé sur les actes réalisés dans le cadre de l’habilitation sanitaire nécessite une évolution pour en tenir compte », expliquent les signataires de la lettre, rendue publique par l’Ordre national des vétérinaires. Ils insistent sur la nécessité de préserver « les capacités d’intervention du réseau des vétérinaires sanitaires sur tout le territoire national ». À cette fin, ils demandent à l’État d’engager un travail pour « créer un modèle de rémunération du vétérinaire sanitaire décorrélé de l’acte, sous couvert d’un modèle financier partagé par les éleveurs, les vétérinaires et l’État, qui reste à définir selon les espèces animales ».

*Chambres d’agriculture France, FNSEA, CNOV (ordre national des vétérinaires), SNGTV (groupements techniques vétérinaires) et SNVEL (vétérinaires libéraux).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.