Le Réveil Lozère 21 novembre 2021 a 08h00 | Par Marin du Couëdic

Un podcast pour écouter l’innovation rurale

Lancé en septembre 2020, le podcast « Viens on y va » met en valeur des parcours d’agriculteurs et d’artisans innovants. Aude Richard et Julia Droubitch, les initiatrices du projet, repartent pour vingt nouveaux épisodes au fil de la Loire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Lancé en septembre 2020, le podcast « Viens on y va » met en valeur des parcours d’agriculteurs et d’artisans innovants. Aude Richard et Julia Droubitch, les initiatrices du projet, repartent pour vingt nouveaux épisodes au fil de la Loire.
Lancé en septembre 2020, le podcast « Viens on y va » met en valeur des parcours d’agriculteurs et d’artisans innovants. Aude Richard et Julia Droubitch, les initiatrices du projet, repartent pour vingt nouveaux épisodes au fil de la Loire. - © Marin du Couëdic

L’une est journaliste spécialisée dans l’agriculture, l’autre est conseillère en innovation. Aude Richard et Julia Droubitch se sont rencontrées en octobre 2019 lors d’une formation à Orléans. Entre les deux femmes, le courant passe vite. Au point de se lancer, quelques heures seulement après leur premier échange, dans un projet pour le moins ambitieux : réaliser un podcast audio pour raconter les métiers de l’agriculture et de l’artisanat. Moins d’un an plus tard, voilà le duo – surnommé désormais La Juliaude – parti sur les routes du Loir-et-Cher à la rencontre de professionnels innovants. « Notre idée, c’est de tendre un micro à des paysans et des artisans qui ont fait un pas de côté pour innover dans leurs métiers, résume Aude Richard. L’innovation pour nous, ce n’est pas seulement la sortie du dernier smartphone mais des solutions humaines et collectives, des femmes et des hommes passionnés qui se réinventent chaque jour. »

Éleveur-philosophe, artisane sellier-harnacheur…
Le résultat, c’est dix portraits d’une vingtaine de minutes auprès de celles et ceux que le duo qualifie de « pépites » : un éleveur-philosophe, une artisane sellier-harnacheur, les membres d’une ferme collective ou le dirigeant d’une entreprise qui implique ses salariés dans son actionnariat. Autant d’histoires atypiques et surtout positives qui trouvent un écho auprès des auditeurs : avec plus de 3 000 écoutes, des relais dans la presse locale et des retombées économiques pour les artisans et agriculteurs rencontrés, le podcast « Viens on y va » est un succès. « C’est la démarche d’expérimentation qui nous intéresse, reprend Aude Richard. Nous mettons en avant des métiers souvent méconnus du grand public, des personnes qui construisent avec leur territoire et portent des valeurs de proximité et d’amour de la ruralité. C’est peut-être tout cela qui plaît aux auditeurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.